Lieux de culte : Ne jetez pas vos cartons du référendum!

petition-referendum

Cliquer pour signer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale

Au dernier Conseil, faisant fi du récent résultat de tout le processus référendaire avenues Laurier et Bernard; faisant fi de l’avis des associations de commerçants des avenues Van Horne, Bernard et Laurier; faisant fi d’une pétition de près de 1000 noms qui demande au Conseil de faire respecter le résultat du référendum;  la mairesse a mandaté l’administration de procéder à un appel d’offre à des firmes externes dans le but de trouver des endroits pour de nouveaux lieux de culte sur le territoire de l’arrondissement. Des nouveaux endroits, en plus de ceux déjà zonés pour accueillir les différentes communautés et la zone C-6 prévue au tout début du processus. Un mandat de plusieurs mois de réflexion, commente-t-elle.

La mairesse a catégoriquement refusé d’exclure les avenues commerciales du mandat qu’elle veut donner à l’externe.

La mairesse qui a signifié en décembre dernier qu’elle ne se représenterait pas aux élections de novembre 2017, décontenancée devant l’issu du référendum concernant le culte sur l’avenue Bernard, repart à zéro le processus en s’en lavant les mains pour la suite.

Gardez-vos affiches et n’oubliez pas de signer la pétition sur le site de l’Assemblée Nationale contre le retrait des référendums municipaux au Québec en cliquant ici . Faites la circuler à votre réseau dans les autres villes du Québec. Parce que si le gouvernement provincial nous retire le droit démocratique d’accepter ou non un changement de zonage, ce ‘cadeau’ de la mairesse aux lobbyistes religieux de toutes sortes en sera un empoisonné à jamais pour l’intérêt public, sans aucun droit de refus.

Publié sous Communiqués

Conseil du 3 avril 2017 – résumé de la période de questions

Pour ceux et celles qui préfèrent un résumé plutôt que de visionner le Conseil en direct, en voici un préparé par Mariclaude Ouimet qui couvre la période de questions. Les minutes apparaissant au début de chaque question réfèrent à la vidéo du Conseil en direct pour référence. Assistance : 42. Intervenants : 16. Durée : 1 heure 30minutes.

1.     Dérogation pour une clôture derrière la caserne de pompiers

2.     Zone C-6 pour les lieux de culte (suivi)

3.     Coopérative le Suroit (suivi)

4.     Problèmes de rénovation d’un immeuble sur l’avenue Bloomfield

5.     Site du campus Outremont : bruit et aménagement (suivi)

6.     Protection du patrimoine bâti (suivi)

7.      Coopérative multigénérationnelle Autrement (suivi)

8.     Projet ‘’ Chats de ruelle ‘’ dans le cadre du 375ème anniversaire de Montréal

9.     Entente Patenaude (suivi)

10.   Décision de Montréal : Baseball et place Jean Lapierre

 

1.     Dérogation pour une clôture derrière la caserne de pompiers : 1 question

Q1 (23min 13sec) : La citoyenne mentionne que jusqu’en 2015, année de reconstruction de la caserne, il y a toujours eu un mur de brique de 4 mètres de haut entre les terrains des résidences et le stationnement de la caserne de pompier. Pour les résidents, un écran visuel et sonore est capital et ils demandent une dérogation pour la hauteur de la clôture de remplacement soit 2,48m au lieu de 2m. Le CCU (comité consultatif d’urbanisme) a voté contre la dérogation et le dossier est au vote ce soir.

R : La conseillère Gremaud, présidente du CCU, explique que les terrains des résidents sont surélevés par rapport au stationnement de la caserne et que finalement, compte tenu d’un muret, la clôture se trouve à mesurer 3 mètres.

 

2.     Zone C-6 pour les lieux de culte (suivi) : 2 questions

Q2 (27min 58sec) : La citoyenne rappelle que lors des consultations publiques sur les lieux de culte en 2016, la zone C-6 avait été recommandée par le bureau d’urbanisme comme site pour l’implantation de nouveaux lieux de culte. Elle demande pourquoi la mairesse veut mandater une firme externe pour une étude afin de trouver de nouveaux endroits.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que l’un n’empêche pas l’autre et que c’est plus un exercice de réflexion qui peut prendre jusqu’à 1 an plutôt que de prendre une décision trop hâtive.

Q2 : La citoyenne veut savoir si les conclusions de l’étude de la firme externe pourraient remettre en question la règlementation qui interdit les nouveaux lieux de culte sur les rues Laurier et Bernard tel que décrété par le référendum.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’il en reviendra au nouveau Conseil d’arrondissement d’agir en conséquence des conclusions de l’étude.

Q13 (1hre 23min) : La citoyenne se réfère à la motion de la mairesse qui veut mandater une firme externe pour trouver de nouveaux endroits pour des lieux de culte et rappelle le temps, les énergies et les coûts engendrés par le référendum. Le bureau d’urbanisme avait pourtant entériné le choix de la zone C-6 comme étant l’endroit à privilégier. Les associations des marchands des rues Laurier, Bernard et Van Horne ont fait savoir qu’ils voulaient garder le caractère commercial de ces artères. Elle ajoute qu’une pétition de près de 1,000 signatures demande que le résultat du référendum soit respecté et que le vote des élues ce soir ne doit pas entériner de délais supplémentaires dans ce dossier.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’il est seulement question de s’asseoir avec les citoyens pour trouver une solution et que ceci peut prendre des mois ou des années.

Q13 : La citoyenne affirme que le référendum a eu lieu pendant l’administration Cinq-Mars et qu’il en revient à cette dernière de clore ce débat.

R : La conseillère Pollak répond que la zone C-6 est une option seulement et non un choix définitif.

R : La conseillère Forget rappelle que le Conseil a présenté aux citoyens lors de 2 consultations publiques, le projet de modification des endroits prévus pour le culte en retirant les zones commerciales pour ajouter la zone C-6. La modification à cette zone C-6 a dû être mis sur la glace temporairement malgré un vote majoritaire des élues (seule la conseillère Pollak a voté contre) afin de clarifier les limites de cette zone. Il ne reste plus qu’à terminer le projet auquel le Conseil s’était engagé et ouvrir la zone C-6. Selon elle, la motion de la mairesse donnant un mandat à la prochaine administration est inacceptable et quelque peu prétentieux. Elle demande si le mandat à la firme externe va exclure les rues commerciales Bernard, Van Horne et Laurier.

R : NON, de répondre la mairesse Cinq-Mars.

(N.D.L.R. La zone C-6 est située au nord de la rue Van Horne et comprend Hutchison et Durocher)

 

3.     Coopérative le Suroit (suivi) : 1 question

Q3 (31min 15sec) : En avril 2016, le maire de Côte-des-Neige et responsable de l’habitation à la Ville, Russell Copeman avait affirmé qu’il ‘’ recommanderait au conseil exécutif de la ville de céder le terrain Manseau à la coop le Suroit et ce, malgré les conditions émises par les élues d’Outremont ‘’. Le citoyen veut connaître la réponse de la mairesse à cette affirmation.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que la décision de céder le terrain revient au comité exécutif sur lequel siège Russell Copeman.

 

4.     Problèmes de rénovation d’un immeuble sur l’avenue Bloomfield : 2 questions

Q4 (35min 30sec) : La résidence du citoyen est voisine de l’immeuble dont les travaux de démolition d’un mur porteur ont affaibli la structure et de la poussière d’amiante s’est propagée. Le citoyen s’inquiète des répercussions possibles sur la structure de sa résidence.

R : René Girard, directeur du service d’urbanisme, affirme suivre le dossier de très près ainsi que la CNESST à cause du problème d’amiante. Les inspecteurs iront vérifier la structure aussitôt que le nettoyage d’amiante sera terminé.

Q4 : La citoyenne mentionne que des sacs plein d’amiante ont trainé longtemps sur le terrain et s’inquiète du danger de contamination surtout que l’amiante est fortement cancérigène.

R : René Girard affirme que puisque la CNESST a été appelée à intervenir dans ce dossier, il est donc de sa responsabilité d’agir en conséquence.

Q12 (1hre 14min 35sec) : Le citoyen, locataire de l’immeuble concerné par les travaux, mentionne que sa famille et lui-même sont sans domicile fixe depuis 2 semaines ayant été évacué de leur logement et que cette situation est due à une série de grossières erreurs : les travaux ont commencé sans permis et quand ce dernier a été donné, les travaux ont largement dépassé ce qui était prévu, il y a eu changement de propriétaire en cours de route, le nouveau proprio a enlevé un mur porteur et les coupe-feux entre les étages d’où propagation de poussière d’amiante. Le citoyen demande comment l’arrondissement peut préserver son patrimoine architectural s’il ne se donne pas les moyens d’évaluer les plans de travail, de contrôler les travaux, de faire respecter les permis émis et d’assurer un suivi.

R : La mairesse Cinq-Mars se dit désolée de la situation vécue par le citoyen et ajoute qu’il y a de bons propriétaires et des moins bons. Elle ajoute qu’elle a demandé une contre-expertise et que ce cas risque d’être judiciarisé.

 

5.     Site du campus Outremont : bruit et aménagement (suivi) ; 3 questions

Q5 (42min 25sec) : La citoyenne fait un suivi sur son intervention du mois de janvier 2017 (Q1) et demande si les sonomètres ont été installés par l’UdM tel que prévus en mars et si oui, quel en est le résultat.

R : Marie-France Paquet (directrice d’arrondissement par intérim) affirme que 7 sonomètres ont été installés dont 1 au bout de la rue Querbes mais qu’aucune mesure n’aurait encore été prise.

Q5 : La citoyenne demande à ce que les résultats des mesures soient rendus publics.

R : La d.a. par intérim va s’informer si c’est possible.

Q6 (45min 15sec) : La citoyenne a appris qu’il y aurait sur la rue Querbes différents travaux au cour des prochaines années. Elle demande si les riverains vont recevoir des informations sur la nature et l’échéancier des travaux prévus. Elle veut aussi savoir ce que l’arrondissement a prévu pour la circulation sur cette avenue.

R : Marie-France Paquet mentionne qu’il y aura des mesures de mitigation qui seront prises durant les travaux.

R : André Brideau, directeur des travaux publics, confirme qu’il y aura des travaux d’égouts et d’aqueduc en 2017. Par travaux d’aménagement, il sera question de voie partagée, de piste cyclable, de mouvement piétonnier, du sens de la circulation, des arbres, du mobilier urbain, etc…

Q7 50min 23sec) : Le citoyen mentionne qu’à une réunion publique d’informations, il aurait été question d’un comité sur la circulation autour du campus pour janvier 2017, auquel des citoyens seraient invités à se joindre. Il demande quand ce dernier verra le jour. Il spécifie aussi qu’à la réunion publique de février 2017, il a voulu savoir si le sens de la circulation de la rue Querbes allait changer : il a reçu 3 réponses différentes de 3 intervenants.

R : André Brideau répond qu’une étude sur la circulation a été faite par un consultant (Ville centre) et qu’elle devrait être déposée fin avril. Par contre, il n’est pas au courant de la formation d’un comité.

 

6.     Protection du patrimoine bâti : 3 questions

Q8 (54min 10sec) : La citoyenne mentionne que la maison McFarlane au 686 Rockland fait partie de la liste des alertes citoyennes d’Héritage Montréal et demande s’il ne serait pas possible de faire une demande de citation pour ce bâtiment.

R : La mairesse Cinq-Mars rappelle que cette maison est un legs à Outremont et que des rénovations majeures s’imposent. Elle ajoute qu’elle a demandé à la greffière de préparer un appel d’offres pour trouver une nouvelle vocation à cette maison.

R : La conseillère Forget rappelle que la Ville d’Outremont avait jadis fait faire une étude afin de classifier les immeubles d’intérêt patrimonial sur son territoire (étude Bisson) et que la maison McFarlane ne faisait pas partie des immeubles ayant reçu une mention. Elle ajoute qu’il y a certes un attachement sentimental pour une maison qui a toujours fait partie du paysage.

L’avenir de la maison McFarlane

Q9 (59min 15sec) : La citoyenne se souvient que, pendant la saga judiciaire et municipale du 1420 Mont-Royal (lire ici et ici), la conseillère Potvin avait fait une demande de citation pour la chapelle et aimerait savoir ce qu’il en est de ce dossier.

R : La conseillère Potvin confirme que le Conseil avait voté une résolution (décembre 2012) pour conserver la chapelle mais que concernant la citation, elle n’avait pas eu de réponse à l’époque. Un suivi sera fait par le directeur du bureau d’urbanisme.

Q10 (1hre 2min 10sec) : Le citoyen rappelle que l’administration Cinq-Mars a publié un document en 2015 sur l’importance d’assurer l’intégrité du patrimoine d’Outremont. Il déplore le fait que le propriétaire d’une demeure de la rue Bloomfied, face au parc Outremont, ait reçu l’aval de l’arrondissement pour en défigurer la façade en changeant la brique couleur paille pour une brique rouge et en perdant l’ancienne corniche.

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’elle ne peut se prononcer sans connaître l’historique du dossier.

Q10 : Le citoyen rapporte l’exemple d’une autre propriété sur la même rue dont la galerie et les marches de bois ont été changées pour du béton et ce, avec un permis du bureau d’urbanisme.

R : La mairesse Cinq-Mars répète qu’elle donnera des explications le mois prochain après vérification.

R : La conseillère Potvin, pour avoir vu les photos desdites propriétés, partage l’indignation du citoyen et affirme que le nouveau directeur d’urbanisme devra être beaucoup plus sévère dans sa règlementation car Outremont est en train de perdre son passé.

 

7.     Coopérative multigénérationnelle Autrement (suivi) : 1 question

Q11 (1hre 9min 04sec) : Compte tenu du fait qu’il n’y a pas de projet de résidence pour aînés à loyer modique en développement à Outremont, la coop multigénérationnelle Autrement a décidé d’ajouter un volet intergénérationnel pour retraités autonomes et en légère perte d’autonomie. La citoyenne demande si la planification d’urbanisme prévoit un % dédié aux besoins des aînés en-dehors des résidences actuelles.

R : René Girard répond que la citoyenne doit regarder avec son groupe de ressources techniques (GRT) les études de marché pour ce projet car la clientèle ciblée est très pointue.

R : La mairesse Cinq-Mars propose que l’administration tente d’accélérer certains processus en vue de se doter de nouvelles résidences.

Q11 : La citoyenne reparle des 50 places restantes destinées au logement social mentionnées par la conseillère Forget le mois dernier (Q6) et demande comment ces 50 places pourraient être attribuées à la coop Autrement.

R : René Girard répond que le groupe de la coop doit voir avec son GRT.

 

8.     Projet ‘’ Chats de ruelle ‘’ dans le cadre du 375ème anniversaire de Montréal : 1 question

Q14 (1hre 37min 15sec) : Le citoyen informe que le projet ‘’ Chats de ruelle ‘’ est une fête mobile (numéros de cirque, musique, animation, etc..) qui se promènera dans tous les arrondissements et dans Outremont, c’est la ruelle verte Champagneur (entre Lajoie et Van Horne) qui a été choisi et cette fête aura lieu les 20-21 mai prochains. Le citoyen déplore l’état lamentable de l’asphalte dans cette ruelle et averti la mairesse qu’il y aura une grande couverture médiatique.

R : André Brideau précise qu’il peut y avoir asphaltage mais les élues doivent voter le budget en conséquence.

R : La conseillère Gremaud en profite pour parler des autres activités qui auront lieu le même week-end dans l’arrondissement.

Q14 : Le citoyen tient à rajouter qu’il donne son appui à l’intervenante précédente (inquiétude sur le mandat de la mairesse à une firme pour nouveaux lieux de culte), et demande aux élues de voter pour l’ouverture de la zone C-6.

 

9.     Entente Patenaude (suivi) : 1 question

Q15 (1hre 42min 42sec) : Le citoyen considère que les citoyens paient indûment une pension d’ancien fonctionnaire à une personne qui n’a jamais été nommé comme tel par le Conseil municipal. Il demande des explications à la mairesse.

R : La conseillère Forget dénonce que cette décision n’est pas passée au Conseil. Ce fut une entente hors cour conclue sous le règne de Marie Cinq-Mars (élue mairesse en 2007) suite à certains faits qui ont eu lieu en pleine campagne électorale en octobre 2009.

R : La mairesse Cinq-Mars se réfère à Marie-France Paquet pour répondre à sa place.

R :  Cette dernière répond qu’elle devra revoir ce dossier et en référera à la mairesse.

(N.D.L.R. Historique de ce dossier ici

 

10.   Décision de Montréal : Baseball et place Jean Lapierre: 1 question

Q16 (1hre 47min 40sec) : Le citoyen veut connaître la position de la mairesse dans 2 dossiers chauds : Le maire Coderre veut investir l’argent des contribuables dans un stade de baseball et nommer un endroit ou une rue au nom de son défunt ami Jean Lapierre alors que la commission de toponymie regorge des noms de quelques 375 femmes qui ont laissé leurs traces.

R : La mairesse Cinq-Mars invite le citoyen à questionner directement le maire à propos du stade de baseball.

Q16 : Le citoyen fait remarquer que la mairesse est la représente des citoyens au conseil de ville.

R : Côté toponymie, la mairesse informe que ces dernières années, le Conseil a voté pour renommer 8 endroits dont 4 au nom de femmes : Irma Levasseur, Kate McGarrigle, Marcelle Ferron, Délia Tétreault. Elle ajoute qu’elle va tenter de trouver, avec la société d’histoire d’Outremont, un lieu pour M. Lapierre.

R : La conseillère Potvin mentionne qu’il y aura quelques places à nommer dans le campus Outremont.

Publié sous Séances du conseil

Convocation au Conseil d’arrondissement du lundi 3 avril 2017

La prochaine séance du Conseil a lieu lundi à 19h. Ouverture des portes à 18h30 pour s’inscrire à la période de questions. L’ordre du jour en ligne est disponible avec le sommaire décisionnel des dossiers.

Le Conseil traitera entre autres :

12.01 : motion de la mairesse qui consiste à donner à l’externe le mandat qu’elle avait donné précédemment à l’interne, soit de trouver des places pour l’ajout de nouveaux lieux de culte à Outremont, considérant que le Conseil prévoyait retirer le culte sur les avenues commerciales. La recommandation du service de l’urbanisme avait été l’ouverture de la zone C-6. Depuis, la population a été consultée 2 fois sur cet enjeu et le tout a été tranché par référendum auprès des riverains des 2 avenues commerciales concernées. … Reste donc la zone C-6 à ouvrir pour les lieux de culte. Pourquoi dépenser pour un mandat externe qui se fera après la fin de mandat de la mairesse? Pourquoi s’ingérer dans la future administration qui sera élue en novembre prochain?

20.02 : renouvellement du contrat pour l’enlèvement des graffitis. N’oubliez pas que l’Arrondissement enlève gratuitement les graffitis fait sur la propriété privé suite à la demande du propriétaire.

20.04 : autoriser une dépense additionnelle pour la rénovation du 30-32 St-Just qui est promis par emphytéose à la MIAM (la maison des marionnettes)

40.05 : implantation d’une zone de stationnement pour un camion de cuisine de rue dans le secteur Atlantic les mercredis de 10h30 à 15h

Au plaisir de vous y rencontrer,
céline

Publié sous Séances du conseil

Pétition – perte du droit au référendum

Le gouvernement provincial a déposé le projet de loi 122 qui vise à donner plus de pouvoir et d’autonomie aux Villes. Le problème avec ce projet est que le citoyen est perdant. Entre autres, le projet de loi 122 supprime la possibilité référendaire pour toutes modifications au zonage.

Pourtant, les référendums :

–       encouragent l’implication et la participation citoyenne – La participation citoyenne va plus loin que la simple consultation.

–       sont un rempart contre la corruption –  En faisant contrepoids aux pressions que peuvent parfois exercer des promoteurs pour faire accepter leur projet et faire changer le zonage.

–       améliorent les projets – Le recours à des référendums oblige le promoteur à améliorer son projet pour qu’il soit accepté par la communauté.

–       placent le citoyen au cœur des décisions – Un des principes de base de la démocratie municipale.

–       évitent de donner carte blanche aux élus – La démocratie doit avoir sa place entre deux élections. Elle ne doit pas se résumer à un vote tous les quatre ans.

Il est important de signifier au gouvernement l’importance de maintenir des référendums en matière d’urbanisme parce qu’il est essentiel d’écouter et de donner une voix prépondérante aux citoyens directement touchés par l’aménagement de leur milieu de vie.

Vous pouvez signer la pétition qui se trouve sur le site de l’assemblée nationale en cliquant ici.

Publié sous Communiqués, Démocratie

Conseil du 6 mars 2017 – résumé de la période de questions

Pour ceux et celles qui préfèrent un résumé plutôt que de visionner le Conseil en direct, en voici un préparé par Mariclaude Ouimet qui couvre la période de questions. Les minutes apparaissant au début de chaque question réfèrent à la vidéo du Conseil en direct pour référence. Assistance : 25. Intervenants : 9. Durée : 1 heure 19minutes.

  1. Activité d’un comité de promotion du pluralisme au sein des écoles d’Outremont
  2. Manque de transparence dans le projet de la coop le Suroit (suivi)
  3. Croix gammées sur des voitures
  4. Collectif Une monnaie pour Montréal
  5. Future synagogue au 1260 Bernard (suivi)
  6. Coopérative Autrement (suivi)
  7. Agrandissement d’une maison sur l’avenue Durocher
  8. Demande d’excuses pour la mauvaise gestion de crise du 8 mars 2012 (suivi)

1.- Activité d’un comité de promotion du pluralisme au sein des écoles d’Outremont : 1 question
Q1 (14 min) : Le citoyen, outremontais depuis peu, raconte que le comité dont il est membre a organisé à PGLO une journée de rencontre multiculturelle un dimanche et ce, avec succès. Il désire offrir des t-shirts dont il a lui-même conçu le dessin aux conseillères : un cercle à l’intérieur duquel on retrouve le mot ‘’ Outremont ‘’ en plusieurs langues.

R : La mairesse Cinq-Mars félicite le citoyen pour son initiative mais affirme qu’elles ne peuvent pas accepter de cadeaux.

 

2.- Manque de transparence dans le projet de la coop le Suroit (suivi) : 2 questions
Q2 (19min 05sec) : Le citoyen mentionne que le stationnement Manseau sera octroyé à la Coop le Suroit au conseil de ville du mercredi 8 mars 2017. Il rappelle à la mairesse que l’instigateur du projet avait toujours refusé les conditions votées par les conseillères en juin 2015.

R : La mairesse Cinq-Mars reporte sa réponse au prochain conseil et affirme que de toute façon, il en revient au comité exécutif de la ville centre, le 8 mars, d’accepter ou de refuser ce projet.

Q2 : Le citoyen affirme que la résolution votée du conseil n’a pas été respectée et qu’on dissimule des informations à la population.

R : La conseillère Forget se souvient très bien que lorsqu’elles avaient voté un espace vert de 8,5 mètres, le représentant de la coop avait affirmé que le projet n’était plus réalisable.

R : La conseillère Gremaud ajoute que les promoteurs de la coop avaient tenté de faire changer d’idée aux conseillères tout en travaillant avec la direction de l’habitation.

Q2 : Le citoyen affirme qu’initialement le promoteur, via une pétition pour l’appuyer dans son projet de coop, promettait une garderie de 60 places : la garderie est disparue mais pas le mystère entourant la coop.

Q8 (1hre 01min 09sec) : Le citoyen affirme qu’en mai 2012 Christian Corbeil, qui était agent de développement de coopératives, a appris lors d’une rencontre avec l’ex-directeur du bureau d’aménagement urbain (Pierre Chapuis) que le terrain Manseau était disponible pour une coop. En juillet 2012, Christian Corbeil a fondé la coop le Suroit. De février 2013 à octobre 2013, une firme d’architectes et le GRT ont produit 4 jeux différents de plans pour le Suroit sans qu’aucun terrain ne soit attribué. Compte tenu de ces faits vérifiables, le citoyen demande si les élues vont voter une résolution spéciale pour aviser le comité exécutif de la ville de Montréal de reporter le vote du 8 mars.

R : La mairesse Cinq-Mars invite le citoyen à porter plainte à qui de droit affirmant que la salle du Conseil n’était pas une salle de Cour.

R : La conseillère Forget répond qu’elle et un citoyen ont porté ce dossier à l’attention de différentes instances de Montréal mais doit malheureusement constater que rien ne va bouger de ce côté-là.

Q8 : Compte tenu que le conseil de ville de Montréal a approuvé en décembre 2016 l’espace intercalaire de 8,5 mètres, le citoyen demande si le cadastrage est enfin terminé.

R : René Girard, directeur du service de l’urbanisme, informe que le conseil de ville a versé dans le domaine public cet espace de 8,5 mètres.

R : La conseillère Gremaud ajoute que chaque fois qu’elle rencontre des intervenants pour le campus Outremont, elle leur rappelle de bien intégrer cet espace au parc linéaire.

 

3.- Croix gammées sur des voitures : 1 question
Q3 (30min 25sec) : L’intervenant relate que le mois dernier des croix gammées auraient été dessinées dans la neige sur le capot de certaines voitures. Il demande aux conseillères et à la mairesse si elles reconnaissent l’existence de l’antisémitisme à Outremont.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que dessiner des croix gammées est un geste exécrable et totalement inacceptable, partout, pas juste à Outremont.

Q3 : L’intervenant affirme que le Conseil d’Outremont prend souvent des décisions contre la communauté hassidique et vote des règlements qui leur sont nuisibles, alors cela peut enhardir des voyous à poser des gestes haineux.

R : La mairesse Cinq-Mars explique que les demandes d’accommodements raisonnables (toutes religions confondues) sont soumises à un avis juridique et que s’il n’y a pas obligation d’accepter, elles seront refusées.

R : La conseillère Gremaud tente de peser ses mots mais trouve que l’intervenant tient des propos radicaux en accusant le Conseil de voter des règlements pour nuire à une communauté. Elle affirme ne pas avoir du tout apprécié les affirmations de l’individu.

 

4.- Collectif Une monnaie pour Montréal : 1 question
Q4 (36min 50sec) : L’intervenante est membre du collectif dont le but est de créer une monnaie locale complémentaire (MLC) à Montréal. Elle ajoute qu’il y en a 80 en France, 10 au Canada et 4 au Québec. Elle demande la collaboration des élues pour ce projet.

R : La mairesse Cinq-Mars demande à ce que l’intervenante leur envoie la documentation pertinente.

 

5.- Future synagogue au 1260 Bernard (suivi) : 1 question
Q5 (38min 58sec) : Le citoyen demande quelles sont les dimensions exactes du futur bain rituel du 1260 Bernard (permis de construction daté du 25.05.15) et du centre communautaire du 594 Champagneur (certificat d’occupation daté du 19.06.15) pour la communauté hassidique.

R : René Girard ne connait pas la superficie exacte mais croit que le bain rituel occuperait le 2/3 du demi-sous-sol et ne peut répondre pour le centre communautaire.

R : La conseillère Pollak tient à préciser que c’est un propriétaire privé qui a fait les demandes et non la communauté hassidique et qu’il est important de faire la différence.

Q5 : Le citoyen revient sur sa demande du mois dernier et demande si l’administration a reçu le rapport sur les corrections apportées à la zone C-6.

R : Marie-France Paquet, directrice d’arrondissement par intérim, explique que suite au départ de son prédécesseur le mois dernier (lui-même intérimaire), elle doit reprendre l’étude de ces dossiers et une réponse devrait être donnée au Conseil d’avril ou de mai.

(N.D.L.R. Depuis que Marie Cinq-Mars est mairesse (décembre 2007), il y a eu 2 directeurs au bureau de l’aménagement urbain et du patrimoine, 3 directeurs au bureau des travaux publics, 4 directeurs au bureau de la culture/sports/loisirs/développement social et 6 directeurs d’arrondissement ou intérimaires. Dans de telles conditions, il est incontestable qu’il y a un manque flagrant de suivi dans des dossiers d’intérêt public pour l’arrondissement. Outremont serait-il en manque de leadership depuis 9 ans ?)

 

6.- Coopérative Autrement (suivi) : 1 question
Q6 (45min 05sec) : La citoyenne dit avoir rencontré plusieurs intervenants depuis 1 an pour faire avancer son dossier de coop et tous sont unanimes : la priorité est de se faire représenter par un GRT (groupe de ressources techniques) et pour ce, un terrain doit être attribué à la coop. Malheureusement, il n’y a personne pour leur donner les informations pertinentes et pour les diriger aux autorités compétentes. La coop réclame de l’arrondissement un service responsable pour piloter ses démarches dans la sélection d’un terrain.

R : René Girard répond que le propriétaire du terrain recherché par la coop est l’Université de Montréal et son partenaire est la direction de l’habitation de la ville de Montréal. Il ajoute que la coop doit s’inscrire pour une demande d’intérêt quand les terrains seront à vendre.

R : La conseillère Forget répond qu’il y a des terrains qui sont sur le territoire de l’arrondissement.

R : René Girard répond que l’arrondissement ne peut répondre à cette demande puisque sans ressources dans ce domaine.

Q6 : La citoyenne réplique que le GRT ne peut pas l’aider tant et aussi longtemps que la coop n’a pas un terrain et que le Conseil n’a pas voté une motion.

R : La conseillère Forget conseille à la citoyenne (sur un ton ironique) d’aller voir le promoteur de la coop le Suroit puisque ce dernier a été capable de passer à travers toutes les démarches très rapidement sans avoir reçu l’approbation du Conseil pour un terrain.

R : La conseillère Gremaud est perplexe face aux difficultés encourues par la coop Autrement car selon elle, il n’y a jamais eu de terrain attribué à la coop le Suroit par l’arrondissement en début de projet. Lorsque les élues ont voté pour donner le terrain du stationnement Manseau, c’était en 2015 alors que la coop le Suroit avait déjà tous les plans en mains.

Q6 : La citoyenne ajoute qu’il faut beaucoup de patience pour avancer et aussi de bons contacts.

R : La conseillère Forget fait remarquer qu’il devrait y avoir 90 nouveaux logements sociaux sur le territoire de l’arrondissement et que la coop le Suroit en offre 40, donc il en reste 50 à prévoir. Elle demande s’il n’y aurait pas une façon de réserver ces 50 logements à la coop Autrement.

 

7.- Agrandissement d’une demeure sur la rue Durocher : 1 question
Q7 (56min) : La citoyenne est venue défendre des plans d’agrandissement de sa demeure, plans qui ont été étudié et refusé au comité consultatif d’urbanisme (CCU).

R : La mairesse Cinq-Mars remercie la citoyenne et confirme qu’il y aura un vote ce soir sur ce dossier.

 

8.- Demande d’excuses pour la mauvaise gestion de crise du 8 mars 2012 (suivi) : 1 question
Q9 (1hre 13min) : La citoyenne rappelle la violente agression dont la conseillère Forget avait été victime le 08.03.12 lorsqu’une quarantaine d’hassidim l’avaient publiquement insulté. Les agresseurs, fiers de leur démonstration profondément haineuse, s’étaient filmés et avaient mis leurs vidéos sur internet. Le monde a alors appris avec stupeur qu’à Outremont, des intégristes religieux avaient le droit d’agresser une conseillère municipale, devant des policiers, en plein jour, sur la voie publique et ce, en toute impunité. Les policiers n’ont jamais arrêté les agresseurs et n’ont jamais donné de constat d’infraction. La mairesse Cinq-Mars, n’a jamais exigé de rapport d’enquête, semblant satisfaite du travail des policiers. La citoyenne demande si la mairesse aura l’humilité de reconnaître qu’elle a manqué de jugement dans la gestion de cette crise et en conséquences, d’offrir ses excuses à la conseillère Forget et à la population d’Outremont.

Historique, Revue de presse, Vidéos/youtube

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’elle pense avoir agi correctement, qu’elle croit se souvenir qu’elle avait condamné ce qui s’était passé et qu’elle n’a pas à s’excuser auprès de la conseillère Forget.

Q8 : La citoyenne se souvient que la mairesse avait parlé d’un spectacle désolant. Elle ajoute qu’à cette agression gratuite s’ajoute celle dont a été victime une citoyenne en octobre 2014 lors d’une consultation publique sur les cabanes de bois sur les balcons.

 

PÉRIODE DE QUESTIONS DES ÉLUES

Q1 (1hre 20min 10sec) : La conseillère Gremaud dit qu’elles vont voter ce soir pour emprunter un montant de 1,381,000 $ pour l’entretien des parcs et aimerait savoir, afin de justifier cet emprunt, quand l’arrondissement va se doter d’un plan directeur pour les parcs.

R : Marie-France Paquet spécifie que c’est 2 ans après avoir contracté un emprunt que ce dernier se retrouve sur le compte de taxes des citoyens. Le mandat d’un plan directeur fait partie du plan de travail de l’administration et une proposition devrait être présentée aux élues au printemps.

Publié sous Séances du conseil

Brève de la semaine

18 mars 2017 – Trois arrondissements contre la disparition des référendums
(La Presse) Outremont, qui a été le théâtre d’un rare référendum en novembre dernier pour interdire de nouveaux lieux de culte dans l’avenue Bernard, s’est aussi opposé à la disparition des référendums. La conseillère Céline Forget a proposé que « la mesure soit retirée du projet de loi, de manière à ce que les citoyens et citoyennes puissent continuer à exercer démocratiquement leurs droits les plus stricts ». La motion a été adoptée à la majorité des voix.

Publié sous Communiqués

Convocation au Conseil d’arrondissement du lundi 6 mars 2017

La prochaine séance du Conseil a lieu lundi à 19h. Ouverture des portes à 18h30 pour s’inscrire à la période de questions. L’ordre du jour en ligne est disponible avec le sommaire décisionnel des dossiers.

20.06 : réfection routière de l’avenue Lajoie, de Bloomfield à Wiseman

30.06 : prolongation des heures d’ouverture de la piscine et de la pataugeoire pour l’été 2017

Au plaisir de vous y rencontrer,
céline

Publié sous Séances du conseil

La fête des autobus

A chaque année, malgré une règlementation qui l’interdit, des autobus sont nolisés par des hassidim pour parcourir les rues résidentielles d’Outremont nuit et jour. Cette fête de l’autobus dure 2 jours en mars.

Le nom de cette fête est officiellement la ‘pourim’. Une partie de la fête consiste pour les très jeunes à parader déguisés dans les rues avec leurs parents et passer aux portes de leurs coreligionnaires. Généralement les enfants sont à pieds ou déplacés en voiture. C’est plutôt festif et amusant.

L’autre partie de la fête est pour les garçons ado et les jeunes hommes. Ils sont déplacés par autobus, de porte en porte. Des dizaines d’autobus envahissent le quartier jusqu’aux petites heures du matin.

Minibus (photo prise sur le site de Autobus Galland)

Minibus (photo prise sur le site de Autobus Galland)

Le règlement permet la circulation des minibus dans toutes les rues de l’arrondissement. De plus petit gabarit, ces véhicules s’adaptent bien à nos rues résidentielles. Les autobus interurbains peuvent circuler sur Van Horne exclusivement et les autobus nolisés ont un parcours limité à certaines rues afin de desservir les écoles pour des sorties scolaires.

Jouer avec les mots

La définition de minibus est bien claire dans le code de la sécurité routière et consiste dans le nombre d’essieux et de roues pour limiter le gabarit du véhicule.

«minibus» : un véhicule automobile à deux essieux à roues simples, équipé d’au plus cinq rangées de sièges pour le transport de plus de neuf occupants à la fois ou équipé de dispositifs d’immobilisation de fauteuils roulants;

«autobus» : un véhicule automobile, autre qu’un minibus, aménagé pour le transport de plus de neuf occupants à la fois et utilisé principalement à cette fin, ou équipé de dispositifs d’immobilisation de fauteuils roulants;

autobus-double-essieu

Autobus

Certains se conforment et nolisent des minibus alors que la majorité font fi de la règlementation en nolisant des autobus de différents gabarit. Les hassidim racontent que les autobus mi-longueur qu’ils utilisent sont des minibus, ce qui n’est évidemment pas le cas. Et à chaque année, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas faire appliquer le règlement.Commande politique? Aveuglement volontaire du service de police? Bref, il fut un temps ou plus aucune raison ne justifiait de ne pas appliquer le règlement. En mars 2015, les policiers ont donc finalement émis des constats.

En 2016, on nous annonce que les constats émis en 2015 sont retirés par le procureur de la cour municipale et que le règlement ne pourra être appliqué.  Malgré qu’il soit tout à fait valide, il y aurait un problème relié à son affichage.

Interdiction-autobusAfin de satisfaire aux arguments du procureur, un nouveau pictogramme fut homologué en décembre dernier au ministère des transports du Québec. Ce pictogramme devrait voir le jour sous peu dans nos rues au courant des prochains mois, mais pas à temps pour la pourim de mars 2017…..

Contestation juridique

Pour 2018, on verra. L’école des garçons Belz sur Durocher (secteur Atlantic) et l’école des garçons Skver (qui dit être sur Ducharme alors que l’école est démolie depuis des années et a perdu son permis d’opérer du ministère de l’Éducation par la suite) ont déposé une requête à la cour pour contester ce règlement…..

Publié sous Communiqués

Quand les droits des citoyens dérangent les maires….

Le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux a déposé en décembre 2016 le projet de loi n°122 intitulé : Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs .

J’ai toujours crû que ce règlement visait à transférer plus de pouvoir aux Villes de la part du gouvernement du Québec. Ce qui me semblait raisonnable parce que selon moi, la Ville est le niveau de démocratie le plus rapproché des citoyens.

Mais voilà qu’on apprend que ce projet prévoit aussi retirer le très mince pouvoir des citoyens prévu dans la Loi sur l’urbanisme, soit l’approbation d’un changement de zonage par exercice référendaire. Quoi de pire pour ces grands seigneurs des Villes que de se faire refuser un projet par les citoyens….

Le maire Coderre parle de petites minorités de gens qui peuvent bloquer un projet par ce processus. Il y a certainement des zones tellement petites que le droit de refus ne repose que sur le vote de quelques personnes. Est-ce nécessaire de jeter tout le processus à la poubelle ? Considérant les lobbyistes de tout genre qui maraudent autour des élus, le droit au référendum est une protection citoyenne.

Le maire Coderre avance également que les référendums c’est de la confrontation. J’appelle plutôt ça un débat publique. Comme lors d’une campagne électorale, chacun débat du pour et du contre. Devrait-on également abolir les élections M. le Maire ?

Nous venons de vivre un exercice référendaire qui s’est conclu par l’appui au règlement voté par le Conseil d’arrondissement concernant le zonage de nos avenues commerciales. 62 % des personnes habilitées à voter ont pris le temps de se déplacer les dimanche 13 et 20 novembre 2016 pour exprimer leur position. Cet exercice démocratique a éveillé chez plusieurs le goût de la participation citoyenne.

Je prévois déposer une motion au prochain Conseil d’arrondissement afin que le Conseil se prononce sur cet article du projet de loi n°122.

À lire également:
Un chèque en blanc aux promoteurs

Publié sous Démocratie

Les Brèves de la semaine

20 février 2017 – Poursuite de 230 000$ contre Montréal et Outremont
(Express d’Outremont) L’homme d’affaires Michael Rosenberg poursuit la Ville de Montréal et Outremont pour la suspension de sa demande de permis concernant l’aménagement d’une synagogue sur l’avenue Bernard.

Publié sous Communiqués
Abonnez-vous
Votre courriel:

Propulsé par FeedBurner
N'oubliez pas, après votre inscription, de consulter votre courriel (y compris dans la boîte de Pourriel/Spam) pour confirmer sinon vous ne recevrez pas nos mises à jour.
Archives
April 2017
M T W T F S S
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930