Pourim 2012: un témoin gênant

Autobus utilisés pendant la Pourim

Comme chaque année, tôt au printemps, des gens de la communauté hassidique déferlent dans les rues de l’arrondissement à l’occasion d’une activité festive qui dure 2 jours. Une partie de l’activité consiste, pour les parents, à se promener de porte-à-porte chez leurs coreligionnaires avec les jeunes enfants déguisés. Sauf que la fête ne se limite pas à cela. Le problème vient de l’arrivée massive d’autobus qui envahissent nos rues résidentielles alors que le règlement municipal les interdit formellement.

Pourim - Hauts-parleurs

Par dizaines, ces autobus circulent de porte-à-porte, entraînant des adolescents et des hommes souvent ivres, bruyants et traînants de gros amplificateurs qu’ils mettent au maximum aussitôt arrivés dans une maison ou un appartement. Durant une quinzaine de minutes, ils chantent et dansent sans ménagement, puis recommencent ce manège de maison en maison durant une bonne partie de la nuit. Cet événement est appelé Pourim par les juifs.

Cette année, la mairesse Marie Cinq-Mars avait assuré les citoyens, lors d’une déclaration au dernier Conseil du 5 mars, que tous les règlements, incluant celui du bruit et des autobus, seraient appliqués.

Autobus - Avenue Outremont

Pourtant, déjà, le soir du 7 mars, j’ai constaté que des autobus circulaient à la douzaine dans les rues. J’ai vu des rues bloquées par les autobus arrêtés en double file, des voitures et d’autres autobus stationnés sur les trottoirs, des chauffeurs excités et peut-être même ivres roulant à toute allure sans faire leur stop aux intersections. Certains circulaient même à contresens des sens uniques. On a même vu la sortie de la caserne de pompiers bloquée sur l’avenue Outremont . Le personnel de la caserne a été forcé de recourir au service d’ordre pour déloger, de peine et de misère, tous ces véhicules agglutinés dans le désordre le plus complet sur cette étroite rue. Encore aux petites heures du matin, une musique assourdissante sortait des résidences.

Le jeudi 8 mars 2012, en après-midi, j’ai quitté la maison à pied pour aller vérifier à nouveau l’application de la règlementation dans les rues. J’ai donné rendez-vous à une amie (je l’appellerai Sylvie) au coin des avenues Durocher et Saint-Viateur.

Autobus sur rue Durocher

À cette intersection, je remarque plusieurs autobus illégaux stationnés sur Durocher. Je prends une photo de la situation avec mon appareil et j’appelle le service de police du quartier, le poste 24. Le policier qui répond dit ne pas connaître le règlement qui interdit les autobus dans les rues résidentielles. Je communique également avec le service de la sécurité publique. On m’avise qu’on envoie un patrouilleur.

En attendant son arrivée, je demeure à l’intersection Durocher et Saint-Viateur en compagnie de cette amie. Un Jeep noir s’arrête et ses deux occupants nous interpellent. Nous nous éloignons du véhicule, mais insatisfaits de voir que nous les ignorions, le passager de la jeep descend de son véhicule, s’approche de moi et met son appareil photo à quelques pouces de mon visage. Intimidée par son comportement, je tente de m’éloigner de lui. Peine perdue, l’homme de la communauté hassidique me suit et me harcèle.

La voiture de la sécurité publique d’Outremont arrive enfin. Le patrouilleur sort du véhicule. Je me dirige vers lui pour obtenir de l’aide. Voyant que le hassidim qui m’avait interpellée ne me lâche toujours pas d’un pouce, le patrouilleur remonte dans son véhicule et cherche à quitter les lieux. Alors qu’une quarantaine de hassidim agressifs s’attroupe autour de moi, je demande au patrouilleur d’appeler le 911. Le patrouilleur refuse et reste à l’abri dans son véhicule.

Craignant pour moi, mon amie Sylvie compose elle-même le 911 avec son cellulaire. L’opérateur qui entend les cris provenant de la foule (qui ne cesse d’augmenter), envoie plusieurs voitures de police.

Le premier duo de policiers arrivé sur les lieux se dirige vers moi. J’ai toujours mon agresseur aux trousses. Les policiers me tirent aussitôt vers leur véhicule, comme si j’avais fait quelque chose de répréhensible. Je désigne le hassidim qui me harcèle depuis le début, mais ça ne semble pas les intéresser. Ils continuent à m’entraîner à l’écart, mais la meute nous suit sans cesse.

Je m’étonne qu’en dépit de l’arrivée des autres voitures dépêchées sur les lieux, les policiers ne tentent même pas de faire disperser cette foule agressive.

Un second duo de policiers tente sans succès de rétablir la circulation qui est toujours bloquée à cette intersection. L’attroupement demeure entier et la circulation, toujours congestionnée.

Un 3e duo arrive toutes sirènes hurlantes devant cette foule. Les policiers du premier duo continuent à me tirer par le bras à l’écart puis estiment que la meilleure solution pour ma sécurité est de m’amener au poste sur Van Horne. La horde applaudit et crie victoire, caméras vidéo à la main. Les hassidim ont repris le contrôle du territoire.

Exit la conseillère qui regarde un peu trop ce qui se passe. De son côté, Sylvie m’a dit avoir été suivie lorsqu’elle a quitté la rue après mon départ. Craignant de rentrer chez elle directement, elle a marché un bon moment afin de s’assurer qu’aucun hassidim ne vienne la harceler jusque chez elle.

Un des policiers n’a pas apprécié que je lui demande pourquoi ils n’ordonnent pas la dispersion de l’attroupement de hassidim plutôt que de me forcer à monter dans la voiture de l’auto-patrouille.

Les rues environnantes sont tellement bloquées par les autobus et les fourgonnettes des fêtards que même avec la sirène en marche, la voiture dans laquelle je prenais place a pris un long moment à se frayer un chemin. Je n’ose imaginer une ambulance ou un camion d’incendie dans ce désordre ‘festif’ en cas d’urgence.

Dans plusieurs pays, les policiers ont peur d’intervenir dans des ghettos. Ils n’agissent que lorsqu’ils y sont obligés. La technique utilisée ici correspond tout à fait à cette mentalité. Les policiers retirent du territoire la personne en danger et n’interviennent pas contre l’attroupement menaçant alors que nos lois interdisent ces comportements collectifs haineux.

Si un groupe prend le contrôle d’une intersection, d’une ou plusieurs rues par le non-respect des règlements, l’intimidation ou la violence, c’est contre ces intégristes qu’il faut sévir et non contre ceux qui remettent en question leur emprise inacceptable sur l’espace public. Voilà à quoi devraient servir les forces policières. Faire respecter les règlements en vigueur sur tout le territoire, par tous, peu importe leur provenance ou leur religion.

Au poste de police, les policiers m’ont fait ‘patienter’ indûment. On ne souhaitait pas que la conseillère municipale puisse témoigner de l’état de la situation dans les rues en y retournant. Ce n’est qu’en fin d’après-midi qu’un des policiers et deux enquêteurs m’ont rencontrée. J’ai eu droit à une courte formation sur ce qu’est le travail du conseiller municipal. Selon eux, il n’est pas de ma fonction d’élue de m’assurer du bon travail des policiers et des patrouilleurs en documentant le tout avec des photos. On m’a expliqué qu’un bon conseiller ne doit pas poser trop de questions.

Il est de notoriété publique que mes actions contrarient et indisposent le service de police et l’administration Cinq-Mars qui font tout ce qu’ils peuvent pour être ‘très très accommodant’ à l’égard d’un groupe qui fait tout pour rester en marge de la société.

Je suis retournée dans les rues en soirée. Il y avait encore des autobus. J’ai pris quelques clichés pour achever ce rapport de la Pourim 2012.

Je n’ai toujours pas de réponse à savoir si les individus impliqués ont été interpellés, interrogés ou arrêtés à la suite à cet attroupement qui était une manifestation de violence et de haine et qui a forcé cette opération d’urgence.

Je me demande encore quel autre groupe pourrait, en toute impunité, faire un tel grabuge pendant deux jours, et nuit, dans l’espace public.

P.S.: Regardez ce vidéo tourné par un membre de la communauté hassidique qui montre assez bien l’animosité qui règnait.

[iframe_loader src=”http://www.youtube.com/embed/QJhd0_1StZo”]

P.S. 2 : La vidéo a été retiré de YouTube ! Voici donc l’hyperlien fourni par Accommodementsoutremont.blogspot.com

Publié sous Communiqués, Démocratie, Réglementation
45 comments on “Pourim 2012: un témoin gênant
  1. S. Rivard says:

    Madame,
    respects.

    Je suis très inquiet lorsque les représentants de la démocratie qui se battent pour faire respecter la justice se font prendre à partie par une communauté, de façon haineuse et concertée, et que les représentants de l’ordre se soumettent aux lobbies à l’encontre de la Loi qu’ils sont censés appliquer.

    Le fait que vous soyez une femme semble avoir accentuer cette colère communautariste qui cherche à exclure et oppresser.

    C’est un spectacle désolant et attristant.

    Bon Courage Madame, et Respects pour votre dévouement.

  2. S. P. says:

    désolant et en plus en anglais!

    continuer votre travail!

  3. S. Rivard says:

    La vidéo en question a été désignée sous privation; impossible donc d’utiliser comme preuve incriminante (harcèlement).
    À moins que certains aient téléchargé un des extraits qu’on pouvait visionner…
    Mais je suis bien prêt à témoigner (ayant bien visionné ceux-ci).

  4. Gilles Dauphin says:

    Effectivement la vidéo a été retirée de YouTube, vous pouvez cependant la retrouver à http://s1081.photobucket.com/albums/j350/pilacerte/?action=view&current=Celineforget-1.mp4

  5. Gilert says:

    À quand une question à l’Assemblée Nationale sur ce sujet?

  6. Martin Gamache says:

    Wow, comme tentative d’intimidation de leur part, c ‘est imbattable. Je vous félicite pour votre courage, courage qui a manifestement fait défaut chez les policiers…

  7. Pierre Joncas says:

    Tout citoyen soucieux de la paix devrait prendre connaissance des plus récents messages affichés sur les blogs de Céline Forget et Pierre Lacerte, et visionner les vidéos auxquelles ces messages donnent accès. Certains ont été récupérés avant que les vidéastes, sans doute honteux et conscients de s’être condamnés eux-mêmes, ne les retirent de Youtube. Les cheveux lui en dresseront sur la tête.

    Par leur tapage à l’occasion des festivités de la Pourim, un ramassis de hassidim a perturbé la tranquillité des résidants d’un large secteur d’Outremont, y compris ceux du quartier avoisinant la Bibliothèque Robert-Bourassa. De plus, une foule y a bloqué la sortie de la caserne des pompiers, avenue St-Just: s’il s’était déclaré un feu, les conséquences pour la région desservie eussent pu être désastreuses. Aussi, des autobus ont circulé illégalement – et massivement – sur plusieurs rues résidentielles.

    Aux encouragements d’une meute, des mufles se sont évertués à intimider la conseillère Forget par l’invective, l’insulte, la bousculade et le crachat. Elle a courageusement résisté. Ces goujats interprétaient comme de la provocation sa présence – elle, une élue qui s’affairait à constater leurs infractions manifestes aux règlements. À noter que, pour une bonne part, le désordre se produisait dans son district. Appelés sur le lieux, les agents de la sécurité publique et de la police n’ont imaginé rien de plus brillant que de l’escorter au poste 24 pour lui proposer une leçon sur la manière d’exercer ses fonctions. Mais ne serait-ce pas le devoir d’une conseillère que de veiller au respect des conditions réglementaires assurant la jouissance paisible de la quiétude à laquelle tout citoyen a droit? Il n’a cependant pas effleuré l’esprit des forces dites de l’ordre de faire respecter les règlements, ni non plus d’arraisonner les agresseurs. Qu’auraient-ils fait s’il s’était agi, par exemple, d’étudiants en grève contre la hausse des frais de scolarité?

    Dans cet histoire lamentable, il importe de bien le souligner, la liberté de religion est nullement en cause. Pourim est une fête religieuse, bien sûr, mais les activités illégales et les affronts odieux à l’endroit de Mme Forget ne sont pas dictées par les exigences du culte. La «tolérance» de l’administration de l’arrondissement n’a rien à voir avec l’«obligation d’accommodement raisonnable» des pratiques d’une religion, si vaste puisse être la portée de cette obligation: elle s’apparente au favoritisme du parti au pouvoir à l’endroit d’une importante clientèle électorale. C’est de la tolérance à la manière Duplessis.

    Au passage, la comparaison avec l’Halloween est bancale. (i) Halloween est l’affaire d’un soir, pas deux jours; (ii) les adultes y voient à ce que les enfants se déplacent paisiblement et ils se gardent de faire eux-mêmes du grabuge; (iii) aucun autobus ne se déplace illégalement sur des avenues résidentielles. Et j’en passe probablement.

    Que conclure?

    De deux choses l’une.
    A. Ou les autorités civiles sont incapable de maintenir l’ordre public, (i) soit parce que les forces policières, à qui la tâche est déléguée, sont impuissantes devant la meute, auquel cas nous sommes en État d’anarchie, (ii) soit parce que ces forces refusent d’obtempérer aux directives des élus civils, auquel cas nous sommes en État policier.
    B. Ou bien les autorités civiles acceptent que certains groupes puissent impunément à la fois troubler l’ordre public et attaquer une élue (fût-elle une critique de l’administration), auquel cas… À chacun de tirer ses propres conclusions.

    Il y a quelque chose de pourri à Outremont.
    Le reconnaissez-vous, madame la mairesse? Sinon, comment expliquez-vous les incidents désolants de la semaine dernière? Ne les déplorez-vous pas?
    Si oui, entendez-vous intervenir pour mettre fin à ces infractions répétées et graves aux règlements qui mettent en péril l’ordre public et la paix civile? Quand? Comment?
    Sinon, pourquoi pas? Comment, au juste, interprétez-vous vos responsabilités?

    Bien entendu, je ne m’attends à aucune répose sérieuse à ces questions. Il ne m’étonnerait d’ailleurs pas de les voir taxées de malveillance. Soyez assurée, cependant, madame la mairesse, que ce sont celles d’un citoyen qui, si respectueux soit-il, n’est pas naïf et qui, pour cette raison, est profondément inquiet et indigné.

    Pierre Joncas

  8. Michel Tremblay says:

    Bravo Madame

    Je vous admire, beau courage, dommage qu’il n’y aie pas plus d’élus comme vous.

  9. michel taillon says:

    pourquoi que le conseil de ville d’Outremont a peur de mettre ses culottes et prendre le contrôle du quartier en question avant que les autobus le prenne.Merci madame la conseillère de vous tenir debout devant des policiers à genoux.

  10. Gabriel Mainville says:

    Je trouve que ces insultes sont pires que celles que j’aies entendues dans les galas de lutte qui se passent dans les sous sols d’église. À voir ces vidéos, je me demande si ces autorités ont peur d’agir contre ces gens. Si ces gens-là n’avaient pas autant d’argent dans les poches alors je pense que les autorités n’auraient pas peur d’agir.

  11. Daniel Legault says:

    allez en déontologie les policiers ont manqués à leur devoir, une plainte officielle ainsi qu’au droit de la personne,

  12. sieg says:

    Madame,

    Vous avez fait preuve de courage.
    Mes respects.

    Voici la reconnaissance des ces individus, dont nos pères sont morts inutilement lors de la seconde guerre mondiale.

    Où sont les Stephen Harper, Eric Duhaime , Gérald Tremblay de ce monde et j’en passe pour dénoncer cet événement ?

    Voilà où est rendu le Québec

  13. Caroline Gauthier says:

    Tout ceci est désolant. À la fois pour Mme Forget, et pour la communauté hassidique elle-même. Cet incident n’aidera pas la communauté à se faire accepter de la population non-juive d’Outremont (ni d’ailleurs), si tant est qu’elle veuille se faire accepter. D’autre part, elle va attiser la haîne des non-juifs à leur égard, et agrandir le fossé entre les 2 communautés. Il faudrait pourtant un dialogue franc et ouvert entre les deux.Une meilleure compréhension de la culture juive de la part des non-juifs, et un meilleur respects des règlements municipaux – et du vivre ensemble – pour les Hassidiques.
    On en est loin. Et les invectives de part et d’autres ne feront qu’attiser la haîne mutuelle. Tout cela est très triste.

  14. Marc says:

    Bonjour,

    Mes respects Madame.

    J’espere que ce ne sont pas tout les gens de cette communauté qui soit aussi expéditif.

    J’espère pour eux,que des gens plus agressif qu’eux qui un jour vont se tanner.

    Ce que je trouve bizarre c’est qu’ici au Québec, ce soit toujours la victime qui soit perdante. Avec la complicité de nos services de police,et gouvernementaux

    Vous avez fait preuve de courage.
    Mes respects.

    Marc

  15. emmy weiss says:

    Cela se terminera tôt ou tard dans la violence, quand certains ont des passe-droit c’est inéluctable ! . Nos représentants s’en fichent, tout ce qui compte pour eux ce sont les prochaines élections ! Dommage.

  16. Juan Benito Díaz de Gamarra y Dávalos says:

    Bonsoir.

    (excuse moi mes erreur d’orthographe S.V.P.) J’ai vu à la télé les horibles images, c’est très triste de voir que ces individus agisent de façon nazi et gregaire, avec un haine et meprise pour les lois du Québec et de Montréal, c’est malhonete de leur part vous dire que vous étes nazi, plutôt eux ils agisent comme des nazis, c’est malhonete que ces “hommes” vous accusent de nazi parce que le probleme est de respecter des lois civilises car ici on ne pas en Moyern Orient on est plutôt en Amerique, ces “hommes” pas civilisses du tout devraient respecter les normes de la Ville et s’adapeter et aprendre que ses croyances n’ont rien à voir avec la vie civilisé et les lois du quartier, en plus ces “hommes” devraient apprendre que dans un monde civilisé la femme doive étre respecté, c’est triste que la police et les policier n’ont pas de testicules pour faire respecter les reglaments, dans des quartier juifs on trouve des “rumble pumps” comme si on était en Palestine, c’est le seule endroin où on voit ces erreurs et le probleme est que les quebecois ont un panché exageré pour proteger les réligions (toutes), cela est un grosiére erreur. Merci Gracias.

  17. Paul-André Urbain says:

    Dans une des vidéos on entent Mme Forget se faire traiter de SS et de Hitler, ça me fait peur de tels raccourcis. Si vous n’êtes pas d’accord, vous êtes nazi. C’est aussi extrême et honteux que le négationnisme.

  18. Maria Soriano says:

    Bonjour,

    Courage!

    Je veux juste souligner qu’il faut parler de “non hassidim” et non pas de “non-juifs”. Je connais des juifs et juives (dont des amies) à Outremont et au Mile-End qui n’ont strictement rien à voir avec cette secte intégriste. Les intégristes, il y en a dans toutes les religions.

  19. Michel Gélinas says:

    Bravo encore Mme Forget de continuer le combat que d’autres élus n’ont jamais commencé Un jour il sera trop tard et cette communauté aura envahi notre territoire et nous dictera les règles pcq nous aurons été trop respectueux.

  20. Carole Foisy says:

    Quelques mots pour dire que j’étais exactement au même endroit que Mme Forget, sur Durocher, le 7 mars 2012 vers 11h30-minuit. J’y ai stationné ma voiture, le temps de laisser deux dames en sortir. En trois minutes, j’ai vu trois autobus passer dont un qui s’est stationné devant ma voiture. Une voiture patrouille aussi. Une douzaine de jeunes garçons célébrant la fête du Pourim, âgés entre 10 et 15 ans, étaient de l’autre côté de la rue. J’ai démarré la voiture et je me suis doucement engagée dans la rue pour dépasser l’autobus stationné devant ma voiture. Le groupe de jeunes dont la moitié était dans la rue me laissait bien peu d’espace pour passer. Ils n’ont pas bougé et m’ont indiqué par un geste de poursuivre mon chemin. J’ai quitté la rue Durocher en faisant preuve de prudence pour ne pas causer d’accidents. Il y avait de la circulation, des véhicules de police qui circulaient. Je me suis demandée si tout cela était bien sécuritaire et souhaitable.

    J’ai vu les vidéos, reportages et articles sur ce qui est arrivé à Mme Forget et je ne comprends pas. Si j’avais été à la place de Mme Forget, c’est avec humiliation, sans doute en larmes, que j’aurais pris place dans la voiture patrouille. Comment allons-nous réellement rétablir la paix entre nos communautés après de telles scènes.

  21. phaedra says:

    Franchement! faire un lien entre les ghettos et Outremont! Faut pas être inspiré. Le premier point a comprendre est que les Hassidim, sont considérés par tous les juifs, avec leur exclusion, comme étant membres d’une secte. Comme Raël. Il faut les traiter comme les membres d’une secte. Voici tes droits. Voici tes obligations. Point. Ce n’est pas une question de racisme, de leur part ou de la notre.

  22. Joachim Tremblay says:

    Bonjour Mme Forget, j’ai été très déçu lorsque j’ai appris ce qui vous était arrivé. Cela me met en colère de voir un tel manque de civisme en toute impunité dans notre société. Et dire que nous sommens en 2012!! Je vous souhaite bonne chance et vous transmet mon support psychologique.

  23. Corinne says:

    Bonjour,
    J’habite sur la rue Durocher à l’angle de Lajoie depuis bientôt un an et j’avoue que je ne comprends pas pourquoi il y a tant d’animosité entre les juifs hassidiques et les autres résidents du secteurs. J’ai grandi à Outremont et je savais qu’en m’installant dans ce secteur, je serais entourée de juifs hassidiques. Je m’entends très bien avec mes voisins hassidiques, on se dit bonjour et on se parle lorsqu’il certains travaux le nécessite. Mais il faut savoir faire preuve d’ouverture, dans les deux sens! Je leur pose des questions sur les coutumes et ils me souhaitent joyeuses fêtes lorsque j’installe mes lumières de Noel. Pourim dure 2 jours dans une année come on! C’est rien comparé notamment à nos fêtes de la St-Jean, à nos décorations de Noel et à l’Halloween. Oui ils prennent de plus en plus de place dans le quartier, oui ils stationnent leurs mini-fourgonettes en double et conduisent parfois (souvent) de façon chaotique, oui les enfants courent partout dans les rue, mais so what?!?! Ça change quoi fondamentalement dans votre quotidien? Des gens qui obtiennent des passes-droits ils y en a des tonnes au Québec, des escrocs de tous genres. Pourquoi se concentrer sur les juifs hassidiques? Vous dites que l’admnistration municipale est trop tolérante envers eux, mais c’est peut-être vous qui manquez de tolérance et de détachement. Je pense que le débat est devenue trop émotif des deux côtés et que chacun gagnerait à prendre du recul. La confrontation et la méfiance ne mèneront à rien de constructif. Je me sens en sécurité dans mon quartier et je crains que votre attitude ne mette en péril la paix sociale.

  24. Gilles Dauphin says:

    Il me semble qu’il y a une très grosse nuance entre des décorations de Noël ou Halloween et enfreindre de manière délibérée un règlement municipal.

  25. Corinne says:

    Si ce qui vous embête c’est que les règlements municipaux ne soient pas mis en oeuvre adéquatement, pourquoi s’en prendre directement aux juifs hassidiques? Est-ce que vous aller pourchasser personnellement tous les Vincent Lacroix de ce monde parce que vous trouvez que l’AMF ne fait pas son travail? Les contestations et les initiatives citoyennes doivent s’adresser aux autorités publiques et non viser d’autres citoyens. Faites pressions sur les autres élus et sur la mairesse. Allez manifester devant l’hôtel de ville. Faites circuler des pétitions. Votez aux élections. Ça ne sert à rien de les prendre à partie si la responsabilité de l’application des règlements dépend de quelqu’un d’autre. Et ça nuit grandement à votre cause et à votre message. En voyant les images, oui c’est choquant d’entendre les insultes et d’être témoin de l’intimidation mais je me disais aussi que Mme Forget n’aurait peut-être pas dû aller se mettre au milieu de tout ça… Je partage cependant l’idée selon laquelle une plainte en déontologie policière serait justifiée parce que les agents n’ont vraiment pas fait leur travail adéquatement.

  26. Gilles Dauphin says:

    @Corinne : Ce qui nuit à votre message, c’est de suggérer à une conseillère municipale de, et je vous cite: “Votez aux élections”. ! Elle fait plus que voter, elle se fait élire avec, entre autres, la promesse, que les règlements soient appliqués à tout le monde de manière égale. Ah oui et concernant la suggestion de faire pression sur la mairesse, avez-vous assisté aux deux dernières séances du conseil. J’en doute car je devrais alors dire que vous écrivez des mensonges.

  27. David says:

    Une femme courageuse, qui essaie simplement de faire son travail de conseillère municipale!

    Nos élus et les forces de l’ordre manquent cruellement de courage face aux intimidateurs.

    Notre gouvernement ne mène-t-il pas une soi-disant campagne contre l’intimidation? Non? C’est seulement aux jeunes étudiants que ça arrive? Hé bin.

  28. Yosef says:

    Je me sens vraiment désolé pour vous. C’est triste de voir une personne tellement rempli de haine que vous êtes. Je prie pour que vous trouviez un peu de bonheur dans votre vie.

  29. Je salue le courage de madame Forget, pour s’être tenue debout devant cette tentative inacceptable d’intimidation.

  30. Kris says:

    Respects madame Forget !
    Votre calme olympien ne peut qu’inspirer l’admiration.

  31. alain maronani says:

    Les commentaires de vos lecteurs, le ton utilisé, sont tout simplement effrayants et déplorables. Les termes utilisés ne doivent rien au hasard ou tout à l’inconscient “la communauté hassidique déferlent….”, les barbares, les huns sont à nos portes, “des hommes souvent ivres”, la consommation d’alcool est interdite dans les communautés hassidiques, les rues de la paisible et très bourgeoise Outremont transformées en piste de course, etc. Cet article pue la haine et la rancoeur bien recuite, l’antisémitisme le plus crasse.

    J’ai habité, propriétaire, sur la rue Hutchinson et les seuls qui se sont présentés lors de mon arrivée, ont été mes voisins hassidims, qui m’avaient offert des fleurs. Nous nous fréquentions sans plus, bien sûr, car leurs règles de vie, mariages, etc les empêchent de socialiser dans l’espace ou ils s’installent. Ce désir, ils ne sont pas comme nous, masque l’envie de les voir disparaitre. Soyez certain Madame, que bien d’autres avant vous ont utilisés d’autres moyens, bien moins pacifique que les vôtres pour tenter d’obtenir ce résultat, mais ils avaient bénéficiés au départ de l’appui de gens tels que vous.

    Quand ils sont venus chercher les communistes je n’ai rien dit.
    Quand ils sont venus chercher les juifs je n’ai rien dit.
    Quand ils sont venus chercher les noirs je n’ai rien dit.
    Quand ils venus chercher les homos je n’ai rien dit.
    Quand il venus me chercher il n’y avait plus personne pour me défendre.

    C’est une communauté pacifique qui ne fait jamais la une des journaux pour des faits divers plus ou moins crapuleux.

    Je suis pour une application stricte de la laicité dans les espaces publics et contre les accomodements déraisonables pour la même raison, pour l’application de la loi 101 aussi.

    Vous trouvez probablement qu’il y a trop de synagogue a Outremont ? Je ne sais. Mobiliseriez vous votre haine pour empecher l’ouverture d’une église supplémentaire (qui la fréquenterait d’ailleurs ?). Et une mosquée ?

    Vous avez eu affaire à un groupe d’excités mais que vous importait d’aller vérifier ce qui se passait au moment de Purim, dans les rues d’Outremont ? Pour obtenir une confrontation, totalement inutile, faire parler de vous, quelques instants ?

    J’espère que vous allez nous gratifier d’un billet non moins vengeur pour la casse ayant eu lieu hier dans les centre ville (pas vu le moindre chapeau de Hassidim, en passant).

    Evidemment cet article a été cité par le site Vigile ou s’agite des gens de bonnes volontés mais également un bon contingent d’antisémites, de racistes pur jus, d’admirateurs du front National en France, bref le remugle et la fange habituelles des frustrés.

    Bien sûr vous n’allez pas publier ceci, mais la lecture de votre “prose” m’a fait lever le coeur…..

  32. Gilles Dauphin says:

    Curieux ce rapprochement entre des citoyens d’un arrondissement qui prennent à partie et injurient leur conseillère municipale et une manifestation dans le centre-ville. Et en terminant, une citation du Centre consultatif des relations juives et israéliennes : ” Le congrès juif, qui s’appelle désormais le Centre consultatif des relations juives et israéliennes, condamne l’escarmouche de jeudi dernier. « Ce comportement de meute est inexcusable », dit David Ouellet, aux affaires publiques de l’organisme, visiblement troublé par l’événement. « Ils sont allés trop loin, surtout quand ils l’ont traitée de nazie. Un seuil dans le conflit été franchi et nous n’aimons pas du tout ça. »

  33. alain maronani says:

    Réponse a Gilles Dauphin

    Je n’accepte pas plus le comportement des hassidim tel que montré par la video. En Israel ils sont détestés car ils exigent en permanence des lois spéciales, veulent faire fermer les cinémas au moment du Shabat, interdire El-Al de vol, etc. Un extrémiste religieux (juif, musulman, catholique, etc.) reste un extrémiste.

    Mais je sais reconnaître un antisémite, mon père qui a passé 3 années dans un camp allemand entre 1943 et 1945 pour activité politique, me l’avait parfaitement expliqué (je ne suis pas juif).

    Un peu comme les gens qui disent “Remarquez je connais des juifs il y en même qui sont sympa….”

  34. Pierre Joncas says:

    M. Maronani,

    
L’antisémitisme est déplorable. De plus, si je regrette – pour lui, pour toute votre famille, et pour vous en particulier – que votre père ait dû souffrir trois ans d’incarcération dans un camp allemand pour ses activités politiques, je ne vois pas comment ses explications, si sincères et bien intentionnées aient-elles pu être, ont pu vous habiliter à «reconnaître un antisémite».


    L’antisémitisme étant déplorable, c’est une accusation qu’il ne faut pas lancer à la légère. Certains la profèrent à gauche, à droite, à tort et à travers, récupérant à leur profit la mort de six millions de juifs et la souffrance de tant d’autres. Ils sèment pourtant eux-mêmes l’antisémitisme en suscitant le ressentiment de ceux qu’ils accusent injustement.

    
À moins que vous n’ayez des preuves sérieuses, autres que les explications de votre père ou les indications de votre «pif» – dont, j’ose croire qu’il est faillible, comme le mien –, rendez service à tous et, surtout, aux juifs en contrôlant votre zèle accusateur; il est peut-être compréhensible, mais il n’en est pas moins dommageable à la cause honorable que vous sembleriez vouloir défendre, celle de freiner l’antisémitisme là où il se manifeste.

    
Prenez garde de confondre la paranoïa avec la perspicacité.geable à la cause honorable – celle de freiner l’antisémitisme là où il se manifeste – que vous sembleriez vouloir défendre.
    Prenez garde de prendre la paranoïa pour de la vertu.
    Pierre Joncas

  35. S. Rivard says:

    Il existe peut-être même des Maronani qui sont sympas!… qui sait? ce monde est parfois rempli de surprises.
    Et certains sont mêmes dotés de pouvoirs spéciaux comme “reconnaître des antisémites”.
    Dommage qu’il n’existe pas de radar à conneries…

  36. emmy weiss says:

    A M. Maronani : Vous plaisantez en disant que vos voisins vous ont accueuillis avec des fleurs et que vous vous fréquentiez !!! Peut-être un bonjour sur le seuil de la porte mais : Vos enfants et les leurs jouaient-ils ensemble ? Avez-vous mangé à leur table ou eux à la vôtre? J’ai moi-même habité plus de 10 ans sur la rue Hutchison .. Quand ces Hassidim ne se bataillent pas avec les non-juifs c’est entre eux que la bagarre prend forme . Ils ne font pas la Une des journaux ? Pas encore au Québec peut-être mais voyez aux US sous Youtube : “New Square Hasidic man burned in a religious dispute” and lisez (en Anglais hélas pas encore traduit) le livre de Deborah Feldman , titre “Unorthodox” et vous connaîtrez les vraies us et coûtumes de ces sectes…. suite à ce livre , sa famille a eu la mauvaise idée de lui “mailer” : “ton cercueil est prêt” , en allant “public” je ne sais pas si cela empêche ou multiplie les risque encourus … Chacun peut vivre sa religion en paix mais doit obéir aux lois civiques : on ne tue pas, on ne vole pas, on reçoit une contravention si mal stationné et on ne crache pas sur une citoyenne élue qui photographie des effractions ! J’ai moi-même une triste expérience personnelle avec ces groupes (Gazette du 7juillet 84). Evidemment on peut dire que je suis SS ou autre … ce groupe Satmar n’a QUE cacher mes enfants d’une famille à l’autre afin que je ne les retrace pas ! Et je ne suis pas la seule mère à qui c’est arrivé ! Ils ne respectent aucune autre loi que la leur ! Et cela s’appelle évidemment du racisme que de rouspéter !

  37. alain maronani says:

    @emmy weiss

    Non Madame ma fille ne jouait pas avec leurs enfants, non je n’ai jamais mangé a leur table, je ne les fréquentais pas assidument, etc. Vous connaissez aussi bien que moi , mieux peut-être, leur mode de vie, etc. Ils ne veulent pas respecter les lois qui nous gouvernent pour certains d’entre eux, ils rendent la vie impossible en Israel dans certains quartiers ou régions, etc. Je sais tout ceci.

    Rien ne me fait changer mon jugement sur le ton général de l’article et des commentaires qui l’ont suivi, le tout était accablant.

    Il y a une différence entre exiger le respect de la loi qui gouverne notre vie en commun et se déplacer pour provoquer une confrontation inutile avec des excités et il existe d’autres moyens plus pacifiques (pétitions, etc.).

    Ceci exige du temps, de la détermination.

    @Monsieur Rivard

    Non je n’ai pas de pouvoirs spéciaux, désolé, tant qu’a vos insultes…elles ne font que masquer que ce que j’ai affirmé vous est insupportable. Une voix dissidente dans cet océan de gens ravis de pouvoir tranquillement exprimer ces sentiments cachés, cet unanimisme de la détestation.

    @Pierre Joncas

    Je n’ignore rien de la récupération de la Shoah et de l’holocauste, de son instrumentalisation par l’état d’Israel et je vous recommande l’excellent livre “The Holocaust Industry” par Norman G. Finkelstein. Juif de New-York, parents déportés, il a perdu son travail dans une université américaine à la suite de la publication de ce livre.

    Je ne suis pas paranoiaque, il n’existe pas en cette matière de demi-mesure.

    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Holocaust_Industry

    Il ne s’agit pas de susciter du ressentiment le débat doit si situer dans le champ du politique au sens large et qu’un groupe soit juif, berbère, kabyle, protestant ou québécois francophone n’a rien a voir. Désigner un groupe, l’ostraciser c’est ouvrir la boite de Pandorre.

    Quand je parle du site Vigile on peut y lire des termes tels que “la cour juive” en parlant de la Cour Suprême du Canada, les boudins pour désigner les hassidims, ou le support du Front National en France, un parti d’extrême-droite qui est l’abri de négationnistes de la Shoah.

  38. Daniel Roy, C.A. says:

    Bravo Madame Forget! Nous voyons qui sont les racistes ici. Le Québec doit devenir un pays! Il faut mettre ses culottes.

  39. emmy weiss says:

    Monsieur Maronani :
    Voilà ! vous le dites vous-même : “ils ne veulent pas respecter les lois qui nous gouvernent” ! Voilà bien le noeud du problème, chaque citoyen n’est-il pas assujetti aux lois ?
    Vous écrivez encore “… moyens pacifiques, pétitions, temps et détermination “. Voilà les moyens que devraient utiliser les Hassidim au lieu des insultes tout azimut. Madame Forget a été élue et elle ne faisait que prendre en photo les effractions constatées et cela a déplu évidemment. Je serais fière d’avoir dans ma municipalité une élue aussi consciencieuse quant à voir les décisions du conseil municipal respectées ! Mais il paraît que la municipalité d’Outrement n’est pas tenue de faire respecter les décisions votées … Je ne connais pas Madame Forget mais je n’ai vu que violence verbale outrageuse de la part de vos voisins. Le tout est bien triste, je n’ai rien contre les religieux de tout poil mais certainement j’ai quelque chose contre ceux qui se foutent ouvertement des décisions municipales, cela ne peut hélas qu’inciter au racisme.

  40. Pierre Joncas says:

    M. Maronani,

    Dans votre première intervention sur ce blog, vous écrivez: «évidemment cet article a été cité par le site Vigile ou s’agite des gens de bonnes volontés mais également un bon contingent d’antisémites, de racistes pur jus, d’admirateurs du front National en France, bref le remugle et la fange habituelles des frustrés.»

    Si Vigile (qui ne demande pas la permission des auteurs pour reproduire leurs textes) a choisi celui dont il est ici question, pourquoi le reprocheriez vous à l’auteur? Ne reconnaissez-vous pas que, par votre amalgame, vous l’inculpez pour une association qu’il ne contrôle pas? (Voir la fable du Loup et de l’agneau: «Si ce n’est toi, c’est donc ton frère». Si, comme vous l’écrivez, il «s’agite [à Vigile] des gens de bonne volonté», seriez-vous incapable d’imaginer que l’auteur de ce texte pourrait en être? (J’ai vérifié: vous y êtes vous-même, in extenso, en tribune libre le 4 février dernier: voir «USA en route vers la pauvreté absolue… un modèle à suivre?»

    Si, comme vous l’écrivez dans votre réponse à Gilles Dauphin, vous n’acceptez: «pas […] le comportement des hassidim tel que montré par la video» et que vous estimez qu’«un extrémiste religieux (juif, musulman, catholique, etc.) reste un extrémiste», pourquoi reprocheriez-vous à nous, en bloc, de penser et de dire la même chose?

    Comme Mme Weiss a très bien répondu à certains de vos propos, je vous renvoie à ses remarques.

    Vous reprochez à la conseillère Forget d’enregistrer sur pellicule (ou sur caméra numérique, peu importe) les déplorables événements de la semaine dernière. Vous y voyez un geste délibéré de provocation! Je n’en reviens pas. Et vous lui recommandez de recourir plutôt à des moyens pacifiques comme des pétitions, etc.

    Savez-vous que, pas plus tard que la semaine dernière, tant au Téléjournal du Grand Montréal de 18h00 qu’à Désautels, la mairesse a affirmé que la réglementation est appliquée de façon équitable à tous les citoyens. Alors quel meilleur outil que des photos pour rétablir les faits?

    Quant aux pétitions, avez-vous une petite idée de combien de pétitions ont été soumises au Conseil d’arrondissement, et sur combien de sujets? Savez-vous qu’elles ont toutes été tablettées?

    Eu égard à la récupération de la Shoah, Norman Finkelstein fait sans doute de l’excellent travail et je vous sais gré de me signaler son livre. À Outremont, toutefois, nous en avons eu de remarquables exemples mis sous le nez, tel celui d’un certain Joseph Farkas qui, dans Le Point d’Outremont et du Mile-End du 4 mars 2004, écrivait:

    «Quand je vois apparaître les nouvelles affiches contre les autobus interurbains, connaissant leurs intentions, mon dos frémit. Comme mes parents me disaient : quand les nazis entrèrent dans leurs villes et leurs villages, d’abord ils détruisirent les érouvs, ensuite ils imposèrent des restrictions aux voyages, et en troisième lieu … Je ne veux plus écrire pour ne pas leur donner des idées.» (Ma traduction).

    Ne convenez-vous pas, M. Maroni, que c’est passablement plus insultant que d’appeler les hassidim des «boudins»? L’expression est de mauvais goût, je le reconnais, et je ne l’emploie jamais. Mais ce n’est quand même pas comparable à la Shoah, ni de rien qui s’en approche. Aussi, ne savez-vous pas qu’on appelle fréquemment les Québécois «frogs»? Serait-ce de moins mauvais goût?

    Comme je suis autant, sinon plus, à l’aise en anglais qu’en français et que seul mon nom indique mon origine ethnique, j’ai entendu plus que ma part de sottises et de généralisations outrageantes à l’endroit des Québécois. Lisez Mordecai Richler – celui-là même dont on a fait un Compagnon de l’Ordre du Canada quelques mois avant sa mort – pour vous en faire une modeste idée.

    Enfin, voyez, ou revoyez si vous l’avez déjà vu, le merveilleux film, Joyeux Noël, pour voir les horreurs qu’entraînent dans leur sillage les stéréotypes et les préjugés inculqués dès la tendre enfance, et pour voir aussi la noblesse d’hommes qui osent les mettre au rancart. N’en auriez-vous pas quelques uns inscrits dans votre psyché au sujet des Québécois?

    Hélas, je crains que, malgré les bonnes intentions que vous professez, vous contribuez toujours à susciter et à intensifier le ressentiment chez nous. Irréflexion de votre part, peut-être? Prenez le temps d’y réfléchir.

    Pierre Joncas

  41. Rémi says:

    Merci Céline pour ton engagement et ton courage.

    Paix, amour, laïcité.

  42. lisebelanger says:

    En regardant la video, j’ai été surprise par la non intervention des policiers face à tous ces cris et violence avec appareil photo.
    Il est totalement évident qu’une telle situation n’aurait pas été tolérée si les provocateurs avaient été autres que ce groupe communautaire qui refuse de vivre dans notre société.
    Désormais, je sais que mes droits droits ne seront plus défendus à Outremont si une personne de ce groupe communautaire m’invective et je sais aussi qu’on leur donne désormais ce droit de me violenter et qu’ils ne subiront aucune représaille. Je crois que ce groupe a bien compris lemessage. Devrais-quitter Outremont?
    .

  43. lisebelanger says:

    Cracher sur autrui est un acte criminel!
    Tous les policiers le savent. Ils ont l’obligation de faire un rapport qui se rendra à un procureur de la couronne.
    À moins bien sur, que la victime ne porte pas plainte.
    Personnellement, quiconque cracherait sur moi, dans un contexte de violence, je le poursuivrais car cela est intolérable dans une société qui se respecte.

  44. jeff says:

    Vous semblez porteuse d’une grande rectitude morale concernant les affaires de la cité, Madame , et effectivement tout débordement de quelques-uns au mépris de la quiétude de tous les autres implique que les autorités publiques et dignes de ce nom prennent leurs responsabilités.

    Votre vigilance et votre courage vous honorent .

  45. George says:

    i am discussed with the behavior of those goons who attacked Mm Forget and had the hubris to post their shameful video on the internet. I cannot believe that supposedly religious people used that kind of language. please continue to protest and expose their un-neighborly behavior

Abonnez-vous
Votre courriel:

Propulsé par FeedBurner
N'oubliez pas, après votre inscription, de consulter votre courriel (y compris dans la boîte de Pourriel/Spam) pour confirmer sinon vous ne recevrez pas nos mises à jour.
Archives
March 2012
M T W T F S S
« Feb   Apr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031