Conseil d’arrondissement d’Outremont du 3 février 2014 – résumé

Pour ceux et celles qui préfèrent un résumé plutôt que de visionner le Conseil en direct, en voici un préparé par Mariclaude Ouimet, qui couvre la période de questions. Les minutes apparaissant au début de chaque question réfèrent à la vidéo du Conseil en direct pour référence.

Assistance : 40 personnes. Durée : 97min 30sec.

Q1 (0min 40sec). : Problèmes de circulation sur les rues Durocher et Querbes au sud de Bernard. Le citoyen parle d’une pétition pour permettre le stationnement des deux côtés sur la rue Durocher entre Bernard et St-Viateur. Il mentionne aussi le fait que des camions partant du 5Saisons ont abimé des blocs de béton de l’immeuble Royal York.

R : Marie Cinq-Mars cède la parole à Céline Forget, présidente du comité sur le stationnement.

R : La conseillère Forget réfère le citoyen au point 40.04 à l’ordre du jour. Cette résolution propose d’interdire le stationnement au sud de la ruelle sur Querbes afin de faciliter les manœuvres des camions et pour obliger ces derniers à tourner à droite. Un sondage à l’effet d’implanter du stationnement des 2 cotés sur Durocher a déjà été fait par le passé et le résultat fut négatif. Le comité va vérifier si les résidents de l’avenue Bernard, voisin de Durocher, avaient été consultés.

 

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Q2 (5min 56sec) : Apparence extérieure de l’immeuble Clos St-Bernard. Il y a eu des rénovations à la façade de l’immeuble et les copropriétaires ont voté pour que les garde-corps architecturaux au bas de chaque fenêtre soient réinstallés. Mais en cours de rénovations, certains résidents ont trouvé l’immeuble très beau sans les garde-corps et ont présenté, en conséquence, une demande au comité consultatif d’urbanisme (CCU). La citoyenne parle non seulement de cachet architectural original mais aussi de sécurité et demande que les élues interviennent pour obliger le retour des garde-corps.

R : La conseillère Gremaud, présidente du CCU, s’informe à savoir si la demande adressée au CCU avait fait l’unanimité de tous les copropriétaires.

Q2 : La citoyenne répond que non.

(N.D.L.R. Tout comme le mois dernier, Jacqueline Gremaud aurait bien voulu répondre plus adéquatement mais la mairesse l’en a empêché).

 

 

Q3 (12min 25sec) : Déneigement de la piste cyclable. Ce résident de la Côte Ste-Catherine mentionne qu’il a reçu un avis interdisant de déposer la neige des propriétés privées dans la rue. Après vérification de sa part auprès de l’arrondissement, il appert que cet avis a été distribué uniquement aux résidents limitrophes à la piste cyclable. Le citoyen veut savoir si l’arrondissement n’est pas en train de créer 2 types de citoyens à Outremont.

R : La mairesse informe que suite à la demande de groupes de citoyens, l’arrondissement a décidé de procéder au déneigement de la piste cyclable, dans le cadre d’un projet pilote.

R : Normand Proulx, le directeur d’arrondissement, informe que cet avis sera envoyé à tous les citoyens d’Outremont mais que compte tenu du projet pilote, il y a eu priorité d’envoi aux résidents en face de la piste cyclable.

Q3 : Selon le citoyen, il est évident que les résidents qui habitent en face de la piste cyclable seront victimes d’une surveillance accrue comparés aux autres outremontais.

R : Marie Cinq-Mars avance l’idée de fonctionner comme dans certains autres arrondissements où les citoyens qui déversent leur neige sur l’espace public paient un montant compensatoire pour le déneigement. Cet argent pourrait être versé dans un fonds ‘’ développement durable ‘’.

 

Q4 (21min 05sec) : Occupation de l’espace public. Depuis quelques mois, des personnes viennent se plaindre au conseil de ce que certains règlements municipaux ont été votés depuis 2000 uniquement pour nuire à la communauté hassidique. Le citoyen veut savoir si la mairesse et les autres élus ont déjà promulgués des règlements dans le but de défavoriser un groupe de citoyens par rapport à un autre.

R : La mairesse a simplement répondu : NON (clair, net et précis)

Q4 : Le citoyen fait mention que le 11.10.13, en pleine campagne électorale, Mindy Pollak (conseillère Projet Montréal) s’est portée mandataire pour l’octroi d’un permis pour une parade hassidique, permis interdisant clairement d’utiliser des amplificateurs sur le domaine public. La parade a eu lieu le 20.10.13 et est partie de la rue Jeanne-Mance pour se terminer bruyamment avec amplificateurs devant une synagogue de la rue Hutchison. Le citoyen demande à Mindy Pollak comment elle espère régler les malentendus entre les communautés si elle-même n’est pas capable de respecter son engagement vis-à-vis un permis.

R : Mindy Pollak répond que c’est un événement qui a pris place dans le Plateau et qu’elle ne voit pas l’intérêt de rapporter ce fait au conseil d’Outremont.

Q4 : Le citoyen fait remarquer que la conseillère Pollak est elle-même résidente du Plateau et qu’elle est conseillère ici à Outremont.

R : SO WHAT ! a répondu Mindy Pollack (à micro fermé mais paroles audibles dans la salle)

Q4 : Le citoyen insiste pour avoir une réponse

R : La mairesse défend la conseillère Pollak arguant qu’elle a le droit de ne pas répondre.

R : Céline Forget considère que faire des activités qui ne respectent pas un permis ce n’est pas acceptable. Si un permis limite certains bruits c’est parce que cela crée des inconvénients. Elle a reçu des plaintes sur cette fête-là. Même si le bruit a eu lieu sur Hutchison côté Plateau, il a dérangé les citoyens côté Outremont.

(N.D.L.R. La réponse de Mindy Pollak se révèle d’une rare éloquence quant à son interprétation du rôle de conseillère municipale et d’une rare arrogance quant à son interprétation du respect de la réglementation).

 

Q5 (30min 55sec) : Le festival de la Pourim. Selon la citoyenne, les Hassidim utilisent des minibus à la Pourin depuis 20 ans mais ce n’est que depuis 2009 qu’il y aurait des problèmes et ce, uniquement à Outremont. La citoyenne considère que l’application stricte des règlements occasionne des conflits et demande donc que les utilisateurs des minibus cette année ne reçoivent pas de contraventions. Elle avance également que la définition restrictive de minibus par l’arrondissement est unique à Outremont.

R : La mairesse répond que les minibus ont toujours été acceptés et que la fête de la Pourim, au même titre que l’Halloween, est encadrée par les agents de la sécurité publique et les policiers pour une question de sécurité.

R : La conseillère Forget mentionne qu’Outremont utilise la même définition de minibus que le code de la sécurité routière du Québec

 

Q6 (36min 20sec) : Comité consultatif sur les relations intercommunautaires. Ce comité a tenu des réunions pendant 1 1/2 an et a déposé son bilan le 13 septembre 2013 auprès de l’arrondissement. La citoyenne demande une rencontre avec la mairesse afin d’étudier la possibilité de mettre en pratique certaines recommandations dudit comité.

R : La mairesse répond qu’un de ses engagements électoraux était de remettre sur pied ce comité avec un appel de candidature ouvert à tous pour le recrutement des membres. Le comité devra tenir compte des besoins des deux communautés et pas uniquement d’une seule communauté qui veut se faire comprendre.

Q6 : La citoyenne veut savoir ce qu’il adviendra du bilan qui a été déposé.

R : La mairesse répond que ce bilan pourra être discuté lors d’une préparatoire si les conseillères abondent dans ce sens.

 

Q7 (42min 20sec) : Projet de réfection de la rue Laurier. Selon le citoyen, les caractères économique et culturel de la rue ont beaucoup changé ces dernières années et le citoyen n’arrive plus à s’y reconnaître : trop de restos et magasins haut de gamme. Le citoyen veut savoir s’il y aura un changement de zonage lors du réaménagement afin de permettre, par exemple une clinique médicale, afin d’accommoder la population âgée des alentours.

R : Ce serait un bon sujet de discussion pour le comité de la rue Laurier sur lequel siègent les conseillères Cardyn et Pollak. Un règlement a été voté il y a quelques années concernant la rue Bernard afin de limiter la densité des restos et ainsi permettre une variété de commerces.

Q7 : Le citoyen veut savoir s’il peut avoir un mot à dire au sein du comité de la rue Laurier.

R : La conseillère Cardyn assure que les propositions du citoyen seront apportées au comité et discutées et qu’il pourra communiquer avec elle pour un suivi.

 

Q8 (49min) : Continuation du projet pilote de la piste cyclable. Durant les 3 dernières semaines, le citoyen a emprunté la piste cyclable 28 fois et a noté qu’au coin de Vincent d’Indy, il y a eu une immense (5 mètres de long) plaque de sel pendant plusieurs jours. Suite à la tempête du 27 janvier, le citoyen a compté 22 propriétaires qui avaient déversé la neige de leur entrée sur la piste cyclable. Pour l’avoir vu, il affirme aussi que les chenillettes qui déblaient les trottoirs poussent la neige sur la piste. Le citoyen veut savoir si c’est normal que l’arrondissement agisse de la sorte.

R : La mairesse demande aux cyclistes d’être un peu plus visibles grâce au port de vêtements phosphorescents et de toujours emprunté la piste cyclable plutôt que la rue

R : Hadi Akim, directeur des travaux publics, informe que, suite à des travaux d’aqueduc et à l’eau sur la chaussée, il y a eu effectivement épandage massif de sel. Selon lui, il est normal que la neige des trottoirs soit déversée sur la chaussée puisque le ramassage se fera plus tard.

Q8 : Le citoyen a remarqué que suite à la tempête du 27 janvier, la piste avait été déneigée à la pleine largeur par une souffleuse. Le cycliste fait remarquer qu’il n’y a pas besoin d’un déneigement aussi large et aimerait que le déneigement soit plus économique.

R : La mairesse répond qu’il faut rendre la piste la plus sécuritaire possible.

R : Céline Forget rajoute que la résolution pour la continuation du projet pilote va être votée en soirée et inclus un contrôle des coûts et reprend le libellé que l’entretien de la piste se fasse en même temps que la rue et les trottoirs pour éviter des coûts supplémentaires.

 

Q9 (57min 45sec) : Piste cyclable Côte Ste-Catherine. Le cycliste remercie l’arrondissement pour les efforts alloués au déneigement et pour l’avis déposé auprès des riverains de la piste cyclable afin de les sensibiliser aux désagréments des déversements de neige. Le cycliste suggère aussi d’aller chercher des conseils de déneigement dans les autres arrondissements qui jouissent d’une expertise dans ce domaine. Il demande quels correctifs sont prévus pour un déneigement maximal sans coûts prohibitifs.

R : La mairesse parle d’un projet-pilote qui s’ajuste constamment.

Q9 : Le cycliste demande s’il y a eu des contacts avec les autres arrondissements.

R : La mairesse répond qu’elle ne sait pas.

Q9 : Le citoyen parle du tour d’hiver des cyclistes le 16 février organisé par Vélo-Québec.

 

Q10 (65min 30 sec) : Treillis sur les balcons. La citoyenne attend avec impatience que la mairesse Cinq-Mars et Pierre Chapuis, directeur de l’aménagement, tel que promis, revoient le règlement interdisant l’ajout de treillis sur les balcons en façade d’un immeuble. Elle est très contente de savoir que tant qu’une solution ne sera pas trouvée, il n’y aura pas d’avis d’infractions. (Lire séance du 3 juin 2013 Q4 et du 8 juillet 2013 Q11). Elle demande la même clémence pour les autobus qui circuleront à la Pourim.

R : La mairesse répond que pour les treillis, le code du bâtiment du Québec vient de changer.

R : Pierre Chapuis ajoute que son bureau d’urbanisme va proposer aux élues des garde-corps sécuritaires en respect avec le code du bâtiment et qui ne défigureront pas l’architecture des immeubles comme le font les treillis en bois.

R : La mairesse considérant la demande sur les autobus de la Pourim comme une suggestion plutôt que comme une question, ne donne aucune réponse.

 

Q11 (70min 45sec) : Comité consultatif sur les relations communautaires. La citoyenne déplore le fait que le discours public ou les medias parle des Hassidim qui agissent hors de la loi. Avec le retour du comité, elle demande si les élues vont écouter les voix qui sont moins présentes dans les débats publics.

R : La mairesse reconnaît qu’il y a des problèmes de cohabitation et que le comité aura pour but de promouvoir une ouverture d’esprit, de la part des 2 communautés.

 

Q12 (76min 15sec) : Le temps des fêtes. Avant tout, la citoyenne demande à ce que la mairesse restreigne l’usage des textos par les élues car elle considère qu’une conseillère qui passe une bonne partie de la soirée à recevoir et à envoyer des textos manque de respect envers les citoyens présents dans la salle.

(N.D.L.R. Pendant la requête de la citoyenne, la conseillère Pollak, pour ne pas la nommer, était justement en train de répondre à un texto !)

R : La mairesse répond tout simplement qu’elle a entendu la demande de la citoyenne.

Q12 : La citoyenne résume les désagréments causés par la visite du grand rabbin d’Israel, (23 au 30 décembre 2013) énoncés publiquement par un citoyen le mois dernier: à savoir occupation de la rue par des centaines de personnes pendant 6 jours, bruit la nuit et les vacances des fêtes des citoyens gâchées par ces festivités illégales. Le citoyen ayant alerté par téléphone la mairesse à ce sujet le 28 décembre, la citoyenne veut savoir ce que la mairesse a fait de concret à la suite de cet appel.

R : La mairesse répète sa réponse du 13.01.14, à savoir qu’il est très difficile pour elle d’intervenir si un citoyen se plaint quand la fête est presque terminée. Elle passe la parole à Normand Proulx à qui elle a demandé un rapport sur les événements suite à la demande du citoyen le mois dernier.

R : Selon le d.a. Proulx, la 1ère plainte du citoyen daterait du 29 décembre et un avis aurait été émis concernant l’affiche extérieure illuminée.

Q12 : La citoyenne remarque que cette enquête relève de la demande du citoyen le 13 janvier et non pas de ce que la mairesse avait fait le 28 décembre.

R : La mairesse répond qu’elle ne se souvient pas si elle a demandé un rapport sur ces événements le 28 décembre ou le 13 janvier.

R : Normand Proulx affirme que c’est avec le citoyen-plaignant lui-même que l’arrondissement va faire un suivi sur ces événements.

Q12 : La citoyenne insiste sur le fait que le citoyen a parlé publiquement de ces festivités illégales, que ces événements sont d’intérêt public et que le suivi doit se faire publiquement et non pas en vase clos tel que préconisé par la mairesse et le d.a.

Q12 : Compte tenu du fait que la sécurité publique (SP) fait des patrouilles le jour, le soir et la nuit dans les rues d’Outremont et donc qu’elle a dû voir ce qui se passait dès le 23 décembre, la citoyenne est surprise que la SP n’est pas prévenue la mairesse dès le 23 décembre.

R : La mairesse répond que peut-être que la SP a patrouillé dans les rues concernées justement au moment où il n’y avait personne. Elle répète que le citoyen aurait du prévenir l’arrondissement dès le début des festivités.

R : La conseillère Forget informe que suite aux recherches qu’elle a effectuées, elle a trouvé le nom de celui qui avait organisé les festivités sans permis et que l’arrondissement devrait lui donner un constat d’infraction. Elle affirme aussi que le sergent du poste de police 24 aurait affirmé à un patrouilleur de la SP que cet événement était prévu et organisé. Pourquoi le poste 24 n’a pas avisé l’arrondissement? Céline Forget se questionne sur le fait que l’enquête menée par le directeur d’arrondissement Normand Proulx soit aussi peu étoffée.

(N.D.L.R. Il y a un manque flagrant de transparence de la part de la mairesse Cinq-Mars et de Normand Proulx, tant dans leurs réponses données ce soir que dans leurs refus mutuels de faire un suivi public de ce dossier. Pourquoi ?)

 

Q13 (88min 50sec) : Programme d’économie d’eau qui sera rendu public très prochainement. Le citoyen explique qu’avec la collaboration de 3 organismes, il demande le partenariat de l’arrondissement dans ce futur programme d’économie d’eau. L’intervenant demande si la mairesse est d’accord pour faire baisser le compte de taxe des citoyens

R : La mairesse répond que oui mais que le citoyen devrait présenter ce programme à l’administration et plus spécifiquement à Normand Proulx.

R : Céline Forget demande au citoyen de lui fournir l’information par courriel.

 

Q14 (91min 55sec) : Réfection de la rue Laurier. Le citoyen, membre de l’association des piétons et cyclistes d’Outremont, aurait envoyé un courriel aux élues demandant d’apporter une modification à l’appel d’offres pour la réfection de la rue Laurier.

R : La mairesse répond que c’est le début du processus d’appel d’offres et que le comité de la rue Laurier se penchera, en temps et lieu, sur les diverses propositions citoyennes pour l’aménagement de cette artère.

Q14 : Dans l’appel d’offres, il est question de faciliter les passages piétonniers et le citoyen demande à ce qu’on facilite aussi le passage des cyclistes.

R : La mairesse répond que l’arrondissement doit travailler conjointement avec les restaurateurs, les commerçants, les piétons, les personnes âgées, les étudiants et qu’il est vrai que les cyclistes avaient été oubliés mais que les fonctionnaires vont remédier à la situation. .

 

Publié sous Séances du conseil
Abonnez-vous
Votre courriel:

Propulsé par FeedBurner
N'oubliez pas, après votre inscription, de consulter votre courriel (y compris dans la boîte de Pourriel/Spam) pour confirmer sinon vous ne recevrez pas nos mises à jour.
Archives
February 2014
M T W T F S S
« Jan   Mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728