Conseil du 2 juin 2014 – résumé de la période de question

Pour ceux et celles qui préfèrent un résumé plutôt que de visionner le Conseil en direct , en voici un préparé par Mariclaude Ouimet, qui couvre la période de questions. Les minutes apparaissant au début de chaque question réfèrent à la vidéo du Conseil en direct pour référence.

Assistance : 68 personnes. Durée : 97min 50sec.

Q1 : Treillis sur les balcons. La citoyenne avait demandé l’an passé à la mairesse de faire respecter le règlement interdisant l’installation de treillis sur les balcons. (Q6.) (Q1.) Elle relate aussi une récente rencontre avec un inspecteur du bureau d’urbanisme qui lui aurait affirmé donner des constats d’infraction mais que tout se passe ‘’plus haut’’. Elle fait aussi remarquer que la majorité de ces installations sont sur des balcons hassidiques.

R : La mairesse Cinq-Mars coupe alors le micro pour empêcher la citoyenne de continuer.

Q1 : La citoyenne demande pourquoi, après plus d’un an, les treillis sont encore sur les balcons.

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’en enlevant les treillis, les citoyens devront refaire des balustrades à 42 pouces tel que requis par le code du bâtiment du Québec.

R : Pierre Chapuis, directeur du service de l’aménagement, informe qu’un document a été remis à tous les citoyens qui avaient reçu un avis d’infraction et que la date limite pour se conformer au règlement a été reportée de la fin avril au 20 juin 2014. Il explique ce changement de date parce qu’il trouvait inapproprié de demander aux citoyens de faire des rénovations extérieures fin avril, quand il y avait encore de la neige.

(N.D.L.R. Si la date a été changée au 20 juin, c’était pour accommoder la communauté hassidique. A la réunion du conseil d’avril dernier, une citoyenne a imploré la clémence de la mairesse : selon elle, la majorité des treillis étant sur des balcons hassidiques et le mois d’avril étant la période de la Pâques juive, il était inhumain d’exiger des rénovations avant la fin avril). (Q18.)

R. La mairesse Cinq-Mars rappelle à tous et à toutes qu’il est important de suivre les règlements régissant la séance du conseil pour ne pas tomber dans l’anarchie totale. *

 

Q2 (8min 50sec). Réaménagement de la rue Laurier. Le citoyen prône l’utilisation de la rue pour tous, autant automobilistes que cyclistes. Suggestions : baisser la vitesse à 30km/hre et élargir les trottoirs.

R : Après 4 minutes de préambule, la mairesse Cinq-Mars demande au citoyen de bien vouloir poser sa question.

Q2 : Le citoyen demande si les plans de la ville rejoignent les suggestions énoncées.

R : La mairesse Cinq-Mars abonde dans le sens des suggestions du citoyen.

R : La conseillère Pollack approuve aussi.

R : La conseillère Cardyn confirme que tout ce qu’on lit sur la cohabitation voiture/vélo/piéton va aussi dans ce sens en ouvrant les rues à toutes les formes de transport. Elle affirme aussi qu’il doit y avoir un processus d’éducation à faire.

Q2 : Le citoyen suggère aussi que les travaux côté Outremont commencent au plus tôt pour que les travaux côté Plateau mont-Royal s’ajustent en conséquences.

R : La conseillère Forget souhaite qu’une séance publique d’informations soit tenue par le comité de l’avenue Laurier le plus rapidement possible afin de tenir les citoyens au courant de leur travail.

 

Q3 (16min 47sec). La COOP Le Suroit. Depuis 2009, des citoyens œuvrent à mettre sur pied la COOP afin de venir en aide aux familles à faible et moyen revenu et assurer la rétention des familles à Outremont, affirment-ils. En octobre 2013, le CCU a approuvé le projet. La citoyenne demande si les élues sont prêtes à inscrire leur projet à l’ordre du jour du prochain conseil d’arrondissement et à procéder à un vote.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que le Conseil a statué pour ajouter un passage vert entre le 950 Champagneur et le site revendiqué par la COOP. On lui aurait dit qu’on vérifiait pour voir si le projet était toujours viable et elle ne sait pas où en est rendu le projet de médiation entre les 2 parties.

R : Normand Proulx, directeur de l’arrondissement, répond qu’il y a eu rencontre afin de réduire la densité de la Coop avec les gens de l’habitation à Montréal.

R : La mairesse Cinq-Mars demande à quel moment les élues pourront délibérer sur le sujet.

R : Normand Proulx affirme qu’il y aurait une réponse d’ici 2 semaines.

R : La conseillère Pollak réitère son appui à ce projet.

 

Q4 (21min 10sec) : Fleurir la rue de l’Épée. La citoyenne représente un comité de citoyens qui a organisé un événement le 18 mai et qui consistait, grâce à l’appui de divers commanditaires, à confectionner des jardinières identiques pour enjoliver les maisons de leur tronçon de rue (Lajoie à Van Horne). A la fin de la journée, alors que des employés de la ville étaient sur place, la conseillère Forget aurait demandé aux cols bleus qui avait autorisé cette activité. La citoyenne demande si ce comportement est admissible.

R : La mairesse Cinq-Mars félicite cette initiative citoyenne subventionnée par des commanditaires. Elle ajoute que le maire est le seul à pouvoir transiger directement avec la fonction publique et que les conseillères doivent passer par le directeur d’arrondissement.

R : La conseillère Forget fait remarquer que tout événement sur l’espace public passe normalement par le conseil. Que cette activité se tenant dans le mini-parc de l’Épée, et qui a, de plus, nécessité la présence de matériel et de personnel de l’arrondissement, n’est jamais venue à l’attention des élues. Ce qui explique sa surprise et le besoin de faire la vérification auprès des employés de la Ville.

R : La conseillère Gremaud félicite la citoyenne pour cette initiative mais insiste pour dire que tout événement doit se faire dans le respect des règlements et doit être approuvé par le conseil.

R : La conseillère Forget tient à préciser que la citoyenne a fait les démarches qu’elle devait faire mais qu’il y a eu un manque de communication entre le conseil et les fonctionnaires.

R : La mairesse Cinq-Mars ajoute que les fonctionnaires ont certains pouvoirs délégués et que contrairement à ce que Jacqueline Gremaud a dit, la citoyenne n’avait pas besoin de permis.

(N.D.L.R. La conseillère Gremaud n’a jamais prononcé le mot ‘’permis’’ lors de son intervention (aller à 30min 40sec). La mairesse Cinq-Mars aurait grandement intérêt à écouter les conseillères plutôt que d’interpréter ce qu’elle veut bien entendre).

R : La conseillère Forget rapporte que lorsque l’école Stanislas avait prévu installer une sculpture de glace dans le parc Raoul Dandurand à l’hiver dernier, la demande avait été déposée au Conseil parce qu’il y avait occupation du domaine public.

Q4 : La résidente affirme qu’il est très difficile pour les citoyens de s’y retrouver et qu’elle trouve dommage que les choses se soient passées comme elles se sont passées.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’on ne doit pas s’enfarger dans les fleurs du tapis quand on parle de bénévolat et qu’elle endosse les décisions des fonctionnaires.

R : La conseillère Pollak invite les citoyens à visiter la rue de l’Épée (entre Van Horne et Lajoie) et espère que le comportement de sa collègue n’empêchera pas ce type d’événement.

R : La conseillère Forget précise à nouveau qu’elle n’a fait que poser une question aux employés municipaux sur place pour faire une vérification et qu’il ne faut pas malicieusement exagérer son intervention.

 

Q5 (34min 55sec). Cohabitation automobilistes/cyclistes/piétons. Le citoyen est membre de l’association des cyclistes et piétons d’Outremont et félicite la mairesse pour le projet de circulation de 30km/hre. Son association va organiser une visite guidée des rues et aimerait que la mairesse et les élues y participent question de bien cerner les endroits problématiques. Le citoyen demande comment sera concrètement appliqué le 30km/hre.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’il en reviendra aux policiers de sensibiliser la population et de faire respecter cette limite de vitesse. Les citoyens devront aussi être responsables.

R : La conseillère Forget annonce qu’il y aura un comité stationnement et que ce sera un des sujets discutés.

 

Q6 (42min) : Autobus scolaires dans les rues résidentielles. La citoyenne remarque qu’il y a un trafic accru d’autobus scolaires sur sa rue à toutes heures du jour et même jusqu’à très tard le soir et que les chauffeurs ne respectent pas les limites de vitesse. La citoyenne demande à ce que le règlement sur la vitesse soit mieux appliqué ou alors qu’on installe des dos d’âne.

R : La mairesse répond qu’une citoyenne de la rue Durocher se plaint du même problème et qu’elle a donc demandé à Normand Proulx que les agents de la sécurité observent de plus près ce phénomène.

R : Normand Proulx informe qu’il doit faire des vérifications légales car selon lui, les autobus jaunes relèvent du ministère de l’éducation.

R : La conseillère Forget réplique qu’il faudrait voir si ce sont vraiment des écoliers qui sont dans ces autobus. Ce n’est pas parce qu’un autobus est jaune que c’est nécessairement un autobus scolaire, ça peut être un autobus nolisé et l’arrondissement a un règlement qui gère la circulation des autobus nolisés.

Q6 : La citoyenne a aussi remarqué que ces autobus sont à demi-pleins ce qui accroit leur nombre dans les rues.

R : La mairesse Cinq-Mars demande qu’un suivi soit fait sur ce dossier.

 

Q7 (45min 10sec) : Stationnement à côté de l’aréna. L’intervenante s’interroge sur le changement au règlement qui sera déposé au Conseil et qui permettra le stationnement tout le long du CCI (centre communautaire) pour 15 minutes, en enlevant l’espace réservé aux autobus, peu utilisé par les utilisateurs du CCI. Les autobus de son école privée utilisent présentement ce stationnement du CCI en plus des 3 espaces qui sont réservés à l’école sur Dollard et plaide qu’elle a besoin de ces espaces publics. Elle se plaint également que tous les mercredis, les autobus ne peuvent stationner sur la rue Dollard à cause du nettoyage.

R : La mairesse Cinq-Mars dit ne rien connaître de ce dossier.

R : La conseillère Forget mentionne que ce dossier a été discuté au sein du comité sur le stationnement car l’aréna avait besoin de cet espace de stationnement compte tenu que sa nouvelle porte d’entrée est située à l’arrière de l’immeuble. Elle explique à la citoyenne qu’un débarcadère n’est pas un stationnement et que sa requête pourra être soumise au futur comité sur le stationnement.

(N.D.L.R. La mairesse Cinq-Mars a voté pour la construction de cette nouvelle porte et son acolyte, l’ex conseiller Louis Moffat, siégeait sur le comité de l’aréna : comment peut-elle affirmer être dans l’ignorance totale de ce dossier ?)

 

Q8 (53min 30sec) Gestion des branches de feuillus. Le citoyen s’occupe d’aménagement paysager depuis 19 ans et a une formation d’arboriculteur. Depuis l’agrile du frêne, ce sont les cols bleus qui font le tour de l’arrondissement pour ramasser les branches coupées de tous genres sur les terrains : perte de temps et d’argent alors qu’il serait plus intelligent que les paysagistes, qui détiennent un permis de ‘’dompe’’, et savent reconnaitre les branches de frêne, aient le droit d’aller jeter les branches d’arbustes et d’arbres (excluant le frêne) directement à la cour des travaux publics.

R : Hadi Hakim, le directeur des travaux publics, spécifie que c’est une entreprise privée qui déchiquète les branches sur place, devant chaque maison, afin d’éviter la propagation de l’agrile. C’est une directive de Montréal. Il rajoute que ce ne sont pas tous les gens qui sont capable de reconnaitre un frêne d’un autre arbre.

Q8 : Le citoyen précise que le rayon d’action de l’agrile, quand il ne vente pas, est de 2 ½ km et par grand vent ou par tempête, l’agrile peut parcourir 30km. C’est à cause de ça qu’en Ontario, personne n’a été capable de le souscrire.

R : Hadi Hakim précise que pour plus de sûreté, il vaut mieux appeler le 311 pour faire ramasser les branches et que ce n’est pas long avant que quelqu’un se rende sur place pour déchiqueter.

Q8 : Le citoyen fait remarquer que ça peut prendre jusqu’à 10 jours avant qu’on vienne pour déchiqueter.

 

Q9 (58min 53sec) : Pistes cyclables. Le citoyen tient avant tout à apporter une information supplémentaire quant au trafic des autobus scolaires hassidiques: une étude personnelle faite quotidiennement pendant 2 mois confirme une circulation de 55 autobus/jour dans les rues résidentielles du district Claude Ryan. Ceci dit, le citoyen rappelle à la mairesse qu’elle voyait une piste cyclable sur St-Joseph et non sur Laurier mais que maintenant, elle change peut-être tranquillement d’idée.

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’elle est plutôt une inconditionnelle de la mentalité de diminution de la vitesse dans les rues plutôt que d’une séparation physique ‘’voie des cyclistes & voie des automobilistes’’.

Q9 : Le citoyen fait remarquer que la piste cyclable sur la rue Laurier côté Plateau se trouve sur les 2 côtés de la rue par un simple marquage sur l’asphalte et non par un muret comme sur la Côte Ste-Catherine. Il ajoute que la largeur de la rue Laurier permettrait facilement une voie voitures, une voie vélos, des trottoirs élargis et des terrasses. Le citoyen demande quand la population pourra voir quelque chose sur le réaménagement de la rue Laurier.

R : La conseillère Cardyn, co-présidente avec la conseillère Pollak du comité Laurier, répond que les travaux du consultant ne sont pas terminés mais que le comité devrait en savoir plus lors de la prochaine rencontre du 16 juin.

Q9 : Le citoyen, rabroué par la mairesse, aurait également voulu savoir pourquoi un directeur d’arrondissement a le droit d’entrer dans le bureau d’une conseillère à son insu.

 

Q10 (65min 48sec) : Espace vert derrière le 950 Champagneur. Au mois de mars, les élues ont voté à l’unanimité pour un passage vert derrière le 950 Champagneur. La citoyenne veut savoir quelles démarches ont été entreprises par les élues afin d’honorer les engagements qu’elles avaient prises.

R : La conseillère Gremaud informe qu’elle a demandé à Normand Proulx ce qu’il en était car elle n’en entendait plus parler. Les conseillères ont un pouvoir législatif et il en revient aux fonctionnaires de passer à la réalisation. Elle ajoute que le peu qu’elle sache, c’est que le dossier est parti à la ville-centre et que le découpage du lot ne relève pas de l’arrondissement.

Q10 : La citoyenne demande si, à Outremont, la direction de l’arrondissement travaille pour mettre en œuvre les résolutions qui sont votées par les élues.

R : La mairesse affirme que oui.

R : Normand Proulx affirme que le terrain (passage vert) est sous la responsabilité de la direction de l’habitation.

R : La conseillère Forget s’attend à ce que le dossier revienne au conseil pour leur permettre de statuer.

 

Q11 (70min 24sec) : Stationnement pour vélos. Le citoyen est heureux d’apprendre que le projet-pilote de stationnement pour vélos coin Querbes et Lajoie, prévu pour septembre 2013, sera finalement installé en juin. Il mentionne que le Plateau Mont-Royal prévoit 2,500 supports à vélos cet été pour atteindre un total de 5,000 places. Il demande quel est le plan de l’arrondissement pour l’installation de supports dans un avenir rapproché.

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’elle va proposer ce soir que le règlement soit amendé de telle sorte que le montant de la contravention sera diminué si quelqu’un laisse son vélo traîner. Le règlement sera aussi amendé pour que les vélos puissent être attachés aux parcomètres qui sont munis d’un anneau à cet effet. Elle a demandé une cartographie des endroits actuels où il y a des supports à vélos.

R : Hadi Hakim précise qu’il termine l’inventaire de ce qui est disponible et qu’il remettra un rapport et les plans sous peu.

(N.D.L.R. La mairesse Cinq-Mars a demandé à Hadi Hakim où il allait prendre le budget. Il a répondu qu’il allait se servir des supports en inventaire).

 

Q12 (76min 33sec) : Terrains de tennis. La citoyenne se plaint du fait qu’il n’ya qu’un seul gardien qui fait la navette entre le tennis Garneau et le tennis Joyce à partir de 15h00. Les membres ne peuvent pas s’occuper de la gestion des cartes, des horaires, des réservations et ce n’est pas à eux d’entretenir et d’arroser les terrains. Les membres ont payé leur cotisation mais reçoivent un piètre service. La citoyenne veut savoir si les membres vont avoir un remboursement ou si la situation va être réglée rapidement.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme que suite à une vérification, il semblerait qu’il n’y aurait qu’un gardien uniquement le lundi et le mercredi. L’arrondissement a besoin d’argent et l’administration a reçu comme mandat d’étirer chaque cent.

R : Normand Proulx informe qu’il aurait été averti que les gardiens de parc avaient des temps morts et que l’administration a tenté d’optimiser ces temps morts.

R : Michel Allen, directeur des Loisirs, ajoute qu’il est important de revoir régulièrement la gestion de toutes les activités (aréna, bibliothèque, tennis…) et qu’il est encore plus important d’avoir les critiques des citoyens en regard des décisions prises. Il en résulte qu’il y aura dorénavant un gardien pour le tennis Garneau et un autre pour le tennis Joyce.

R : La conseillère Gremaud félicite les fonctionnaires pour ce travail de revue. Elle ajoute qu’au parc Joyce, le gardien n’a pas à être là pendant 9 hres/semaine mais qu’il n’est pas facile de supprimer ¼ de poste à cause des conventions collectives et que c’était une tentative louable de la part de Michel Allen à qui elle réitère ses félicitations.

 

Q13 (86min 23sec) : Fleurs rue de l’Épée. Le citoyen tient à féliciter les résidents de la rue de l’Épée pour leur initiative puisque, selon lui, l’arrondissement ne fait plus rien pour encourager les relations intercommunautaires.

 

Q14 (88min 30sec) : La démocratie outremontaise. Le citoyen tient avant tout à remercier Michel Allen pour l’aide qu’il a apportée à la recherche d’un local pour la réunion de son association. Le citoyen précise que malheureusement, les salles à louer au CCI sont hors de prix. Il remercie aussi Hadi Hakim qui a envoyé une équipe faire le nettoyage au boisé Manseau.

R : La mairesse Cinq-Mars demande à ce qu’il arrive à son sujet.

Q14 : Le citoyen se dit attristé de ce qu’il voit et entend au conseil depuis 1 mois car pour lui les élues sont la voix des citoyens. Il ajoute qu’il peut comprendre ce que la mairesse Cinq-Mars ressent depuis la démission des conseillères Gremaud et Cardyn de son parti Conservons Outremont. Il est attristé de voir qu’il y a eu expulsion des conseillères de leurs bureaux à 4 jours d’avis. Le citoyen veut savoir s’il va y avoir une fin de cette ‘’guéguerre’’ au sein des élues afin que les conseillères puissent avoir les outils nécessaires (leurs bureaux) pour travailler pour les citoyens qui les ont élues.

R : La mairesse Cinq-Mars explique que quand on quitte un parti politique, on change de bureau. Elle dit avoir offert à mesdames Gremaud et Cardyn des bureaux sur Van Horne mais que ces dernières ont refusé.

R : La conseillère Forget fait remarquer que l’arrondissement cherche des sous mais qu’on prend l’argent des contribuables pour de nouveaux bureaux ! Elle ajoute qu’il y a à l’hôtel de ville un espace prévue pour 5 élues mais qui est occupé uniquement par une seule personne, Marie Cinq-Mars.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que le déménagement des conseillères est légitime.

(N.D.L.R. La conseillère Forget aurait voulu parlé mais la mairesse Cinq-Mars a coupé son micro)

R : La conseillère Gremaud informe que même la mairesse, si elle s’était donné la peine d’aller visiter les locaux proposés sur Van Horne, aurait refusé de s’y installer : il y a quand même un minimum de décence à respecter.

Q14 : Le citoyen demande à la mairesse de se hausser à la hauteur de sa fonction de magistrat et de cesser cette ‘’guéguerre’’ afin qu’il y ait ce que les deux conseillères souhaitaient au moment de leur démission, à savoir de la collégialité entre les élues pour le bienfait de tous. Selon lui, il faut éviter le gaspillage de ressource financière et des compétences des élues.

R : La mairesse Cinq-Mars redit que des bureaux vont être aménagés.

Q14 : Le citoyen précise qu’il ne parle pas des bureaux mais bien de …….

(N.D.L.R. La mairesse Cinq-Mars coupe le micro au citoyen)

R : La mairesse Cinq-Mars reparle de nouveaux bureaux et si les conseillères les refusent, ces bureaux serviront à des fonctionnaires.

* (N.D.L.R. Selon l’article 35 du règlement AO-1 sur les séances du conseil, le préambule à une question doit durer 1 minute. Toute la soirée, la mairesse a accordé à plusieurs citoyennes/citoyens des temps d’antenne frôlant les 4 à 6 minutes pour leur préambule. D’autres ont reçu un rappel à l’ordre pas mal vite……! )

 

Publié sous Séances du conseil
Abonnez-vous
Votre courriel:

Propulsé par FeedBurner
N'oubliez pas, après votre inscription, de consulter votre courriel (y compris dans la boîte de Pourriel/Spam) pour confirmer sinon vous ne recevrez pas nos mises à jour.
Archives
June 2014
M T W T F S S
« May   Jul »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30