Conseil du 5 juin 2017 – résumé de la période de questions

Pour ceux et celles qui préfèrent un résumé plutôt que de visionner le Conseil en direct, en voici un préparé par Mariclaude Ouimet qui couvre la période de questions. Les minutes apparaissant au début de chaque question réfèrent à la vidéo du Conseil en direct pour référence. Intervenants : 13. Durée : 1hre 25min 18sec.

1.     Dérogation mineure au 34 Maplewood (suivi)

2.     Démolition du 1075 rue Laurier Ouest

3.     Cueillette des ordures et du recyclage

4.     Garderie Frissons des collines

5.     1420 Mont-Royal (suivi)

6.     Ruelle verte interculturelle (arrondissement Plateau, entre Hutchison et avenue du Parc)

7.     Bruit de la climatisation de l’école Beth Jacob sur Glendale (suivi)

8.     Stationnement et bruit des appareils mécaniques à l’épicerie Walters sur Bernard (suivi)

9.     Règlements sur le gazon et les balcons

10.  Stationnement dans le quadrilatère du parc Kennedy (suivi)

 

1.     Dérogation mineure au 34 Maplewood (suivi): 2 questions

Q1 (24min 32sec) : La citoyenne, voisine immédiate, s’oppose fermement à la dérogation mineure demandée puisque les installations mécaniques seraient à 1.5 mètres de sa terrasse. Elle ajoute que les nombreux travaux entrepris à cette adresse depuis l’automne 2014 ont miné leur bien-être.

R : Marie-France Paquet, directrice d’arrondissement par intérim, informe la citoyenne que cette demande a été étudiée par le CCU et que ce dernier recommande au Conseil de refuser l’installation d’un appareil mécanique dans la marge latérale.

 

Q2 (31min 24sec) : Le citoyen mentionne qu’il y a eu un PIIA accordé à cet immeuble et que sur les plans, tout était beau. Aujourd’hui, en cour de travaux, les voisins s’inquiètent du résultat final. Il mentionne que les voisins aimeraient un suivi serré dans ce dossier.

 

2.     Démolition du 1075 rue Laurier Ouest : 1 question

Q3 (36min 22sec) : La citoyenne, architecte, veut connaître la pertinence d’accorder un permis de démolition pour un immeuble dont la structure est tout à fait saine.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que tout le monde a le droit de demander un permis de démolition et que la demande doit passer devant un comité spécial du CCU.

R : Marie-France Paquet ajoute que le processus implique qu’une demande de démolition doit être affichée en façade de l’édifice.

R : René Girard, directeur du service de l’urbanisme, informe que le comité de démolition se réunira en séance publique le 19 juin et que les citoyens ont 30 jours pour contester.

 

3.     Cueillette des ordures et du recyclage : 1 question

Q4 (42min 22sec) : La citoyenne mentionne que les éboueurs oublient parfois de passer sur sa rue. De plus, il arrive que le gros bac contenant ses déchets ne soit vidé qu’à moitié. Elle mentionne également que les bacs vidés sont souvent laissés un peu partout sur les trottoirs et dans les rues.

R : André Brideau, directeur des travaux publics, informe la citoyenne que suite à plusieurs plaintes concernant le travail des éboueurs, son bureau a convoqué les dirigeants de cette compagnie à une réunion le 6 juin.

 

4.     Garderie Frissons des collines : 1 question

Q5 (50min 30sec) : La citoyenne, membre du CA de la garderie, informe qu’il y a un projet en partenariat avec la CSMB pour établir la garderie sur les terrains de PGL. (depuis 42 ans, la garderie y louent des locaux). Le ministère de l’éducation doit approuver le projet et la citoyenne vient demander l’appui des élues pour une rencontre avec la députée d’Outremont.

R : La mairesse Cinq-Mars croit que les membres pourraient s’adjoindre un chargé de projet du gouvernement pour la relocalisation. Elle ajoute que les élues feront un suivi de ce dossier.

 

5.     1420 Mont-Royal (suivi) : 1 question

Q6 (57min 10sec) : La citoyenne mentionne que le maire Coderre souhaiterait inscrire le Mont-Royal au patrimoine de l’Unesco mais que le fait que le 1420 soit propriété d’un promoteur immobilier, qui n’a encore rien fait, minerait les chances d’être accrédité. Elle demande l’intervention du Conseil auprès de l’Université de Montréal afin que l’immeuble conserve sa vocation institutionnelle.

R : La conseillère Potvin se dit aussi préoccupée par l’état actuel et le futur de l’immeuble et souhaite vivement qu’Outremont ne soit pas aux prises avec un éléphant blanc.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’elle avait confirmé à l’époque qu’elle aurait voulu que ce soit une résidence d’étudiants.

(N.D.L.R. Au conseil de ville de Montréal en mars 2010, la mairesse Cinq-Mars avait voté pour le changement de zonage du 1420 Mont-Royal pour le faire passer d’institutionnel à résidentiel afin d’en faciliter la vente à Catania, l’entrepreneur intéressé à l’époque).

 

6.     Ruelle verte interculturelle (arrondissement Plateau : entre Hutchison et avenue du Parc) : 1 question

Q7 (1hre 5min 5sec) : L’intervenante parle d’un projet de ruelle verte Hutchison/avenue du Parc/Bernard/Van Horne dans le but de créer des ponts avec la communauté hassidique. Elle mentionne qu’il y a eu une journée de ménage communautaire le 30 avril et une réunion le 15 mai pour ce projet interculturel. Elle espère que les citoyens d’Outremont seront inspirés.

R : La mairesse Cinq-Mars trouve le projet intéressant et parle de la possibilité d’inclure la ruelle Hutchison/Durocher, côté Outremont.

R : La conseillère Gremaud félicite les citoyens pour la corvée de nettoyage car, de la rue Bernard, il était facile de constater l’insalubrité permanente de cette ruelle.

 

7.     Nuisance causée par la climatisation de l’école Beth Jacob sur Glendale (suivi) : 1 question

Q8 (1hre 12min 15sec) : La citoyenne mentionne qu’elle est déjà venue au Conseil pour ce problème de bruit récurrent et qu’une vingtaine de personnes résidant rue du Manoir vivent l’enfer depuis l’installation de climatiseurs, en 2008, sur le toit de l’école. Ces citoyens ont l’impression d’avoir été délaissés par l’arrondissement puisqu’en 10 ans, la situation est toujours la même.

R : Marie-France Paquet informe qu’un constat d’infraction a été émis en mai 2016 et qu’il suit le processus normal à la cour municipale. Il se pourrait que l’arrondissement pratique un recours auprès du contentieux de la ville de Montréal.

Q8 : La citoyenne demande à ce qu’un inspecteur retourne vérifier les installations sur le toit de l’école car le bruit est de plus en plus fort et persistant.

R : La conseillère Gremaud demande s’il y a possibilité d’imposer la fermeture des appareils en-dehors des heures d’école. (Q10, Q11)

 

8.     Stationnement et bruit des appareils mécaniques à l’épicerie Walters sur Bernard (suivi) : 3 questions

Q9 (1hre 24min 5sec) : La citoyenne mentionne qu’il y a presqu’en permanence des camions stationnés dans la ruelle adjacente à l’épicerie et des voitures de clients qui bloquent la sortie des stationnements résidentiels. Le problème des poubelles pleines laissées en permanence dans la ruelle est toujours aussi présent.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que le chef de police a bien entendu ce qui se passe et agira en conséquence.

Q9 : La citoyenne ajoute qu’une épicerie devrait avoir un espace réfrigéré pour ses poubelles qui ne devraient être mises à la rue que lors de la cueillette.

Q10 (1hre 29min 5sec) : Le citoyen précise qu’il y a eu légère amélioration depuis les nombreuses plaintes l’an dernier mais que les appareils de réfrigération sur le toit sont encore très bruyants. Il demande un suivi serré de ce dossier et l’installation de panneaux acoustiques qui pourraient étouffer le bruit.

R : René Girard affirme qu’il enverra un inspecteur pour mesurer le bruit et que si le niveau sonore n’est pas conforme, il y aura obligation d’écrans acoustiques.

Q11 (1hre 35min 45sec) : La citoyenne parle de la ruelle bloquée par du stationnement et ne comprend pas que le comité sur le stationnement ait refusé la demande faite par un citoyen riverain d’implanter un débarcadère sur Bernard pour ce commerce.

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’un suivi sera fait.

Q11 : La citoyenne informe qu’après des demandes d’accès à l’information concernant le certificat d’occupation commerciale de l’épicerie, elle a reçu une réponse plutôt insolite : l’arrondissement a répondu que le bureau d’urbanisme ne détient pas un tel document.

R : La mairesse Cinq-Mars affirme qu’il y aura vérification. (Q2, Q3, Q5, Q6) (Q4 ) (Q6)

 

9.     Règlement sur le gazon et les balcons : 1 question

Q12 (1hre 41min 30sec) : La citoyenne demande si des règlements existent quant à la hauteur permise du gazon et l’utilisation des balcons en façade comme corde à linge (rue Lajoie entre Outremont et Wiseman).

R : Marie-France Paquet répond que le règlement oblige un propriétaire à entretenir sa pelouse à moins de 15cm de hauteur. En 1er lieu, il y a un avis et si aucune action n’est prise, il y a constat d’infraction.

(N.D.L.R. Règlement 1063, article 2d : Sont prohibés et constituent des nuisances le fait d’étendre des matelas, des couvre-lits, des couvertures ou autres objets de literie ou de linge le long des fenêtres ou des balcons donnant sur une rue.).

 

10.  Stationnement dans le quadrilatère du parc Kennedy : 1 question

Q13 (1hre 44min 35sec) : Le citoyen veut savoir ce qu’il en est du dossier du manque de stationnement autour du parc surtout en période d’achalandage estivale, problème qui découlent de la fréquentation de la piscine et de l’interdiction de stationnement côté nord de St-Cyril

R : La mairesse Cinq-Mars répond qu’habituellement les propositions des élues font l’objet d’une étude de la fonction publique mais qu’elle n’a reçu aucune présentation de cette dernière dans ce dossier.

(N.D.L.R. la mairesse a refusé d’appuyer, au conseil de mai, une recommandation du comité sur la circulation et le stationnement qui répondait à cette problématique)

 

PÉRIODE DE QUESTIONS DES ÉLUES

Q1 (1hre 49min 50sec) : La conseillère Forget demande si la décision du comité de démolition a été rendue publique concernant le dossier du 314 Côte Ste-Catherine.

R : René Girard répond que la décision du comité de démolition sera publiée prochainement sur le site de l’arrondissement.

 

Q2 (1hre 53min 15sec) : La conseillère Forget demande si le dossier du lobbyiste/consultant qui a travaillé des 2 côtés (consultant pour l’arrondissement et lobbyiste pour la Maison des marionnettes) a été envoyé à l’inspecteur général, instance indépendante, pour fins de vérification.

R : La mairesse Cinq-Mars répond que le dossier a été vérifié par le contrôleur général.

Q2 : Elle ajoute qu’il y avait 2 soumissionnaires pour ce contrat et qu’au sommaire décisionnel, on ne retrouve pas le nom de l’autre firme, ni le prix qu’elle avait demandé.

R : Marie-France Paquet répond que c’est Madame Aurélie Suberchicot, mais que cette dernière n’a pas soumissionnée. Seule la firme Avis’art a soumis un prix. Elle ajoute que le contrat étant en-dessous de 24,999 $, c’est un contrat de gré à gré.

(N.D.L.R. La firme Avis’art est celle du lobbyiste qui travaille pour la Maison des marionnettes)

 

Q3 (1hre 59min 10sec) : La conseillère Forget mentionne que le système de chauffage au parc St-Viateur serait non fonctionnel malgré un contrat de près de 25,000 $ octroyé il y a 2 ans. Elle demande des explications.

R : Marie-France Paquet répond qu’une réponse suivra sous peu.

Publié sous Séances du conseil
Abonnez-vous
Votre courriel:

Propulsé par FeedBurner
N'oubliez pas, après votre inscription, de consulter votre courriel (y compris dans la boîte de Pourriel/Spam) pour confirmer sinon vous ne recevrez pas nos mises à jour.
Archives
June 2017
M T W T F S S
« May   Jul »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930